Policier grièvement blessé à Liège : le conducteur a tiré alors qu’il se faisait fouiller

Policier grièvement blessé à Liège : le conducteur a tiré alors qu’il se faisait fouiller
Belga

Un policier a reçu une balle dans la tête lundi alors qu’il était en intervention rue de Visé, à Liège. Son agresseur a été mortellement touché par un tir de riposte du second policier présent lors des faits. L’état de santé du premier agent était encore préoccupant en fin d’après-midi.

Un automibiliste endormi et mal garé

Lundi matin, une riveraine a contacté le 100 pour signaler un individu visiblement ivre au volant de sa voiture, celle-ci étant mal stationnée, non loin de chez la dame. L’homme était endormi et le moteur de sa voiture tournait. Le but de la voisine était de porter secours à l’homme et l’empêcher de reprendre la route dans son état. Les ambulanciers ne souhaitaient pas se rendre sur les lieux sans un service de police en soutien, c’est la raison pour laquelle les deux policiers sont arrivés sur place.

Les policiers ont dû réveiller l’individu et ont procédé à une fouille. Pendant que l’homme se faisait fouiller, il a sorti une arme et tiré à bout portant sur l’un des policiers. Directement, le second a riposté et a touché l’agresseur qui est décédé dans les heures qui ont suivi.

L’agresseur, un trentenaire d’origine belge, a été condamné en 2010 pour trafic de stupéfiants, mais n’a plus eu de soucis avec la justice depuis plus de 4 ans, a déclaré lundi une porte-parole du parquet de Liège. «Il n’avait a priori pas le profil d’un membre du grand banditisme et de quelqu’un de violent», a-t-elle poursuivi. Cependant, deux couteaux ont été retrouvés à bord de son véhicule.

En milieu d’après-midi, la porte-parole de la zone de police de Liège a apporté des informations sur l’état de santé de la victime. «Notre collègue est sorti de la salle d’opération. Il est aux soins intensifs.» Le pronostic vital de l’homme âgé d’une trentaine d’années et père d’un enfant de 5 ans et de jumeaux de 2 ans, est toujours engagé.

L’état du policier s’est amélioré

Le policier, tout d’abord déclaré en mort cérébrale, a vu son état s’améliorer dans le courant de la journée. C’est la raison pour laquelle il a finalement été opéré à l’hôpital de la Citadelle, a précisé le chef de corps de la police de Liège, Christian Beaupère, au cours d’une conférence de presse à l’hôtel de police de Liège. La victime faisait partie des services de police depuis une dizaine d’années. Il était très apprécié et était vu comme un mentor par ses collègues. L’ensemble de l’unité est sous le choc, une stress team a été mise en place.

Christian Beaupère est revenu sur les risques que présente le métier de policier, et le manque de moyens mis en place pour leur sécurité. Christine Defraigne, première échevine de Liège, a exprimé le soutien de tout le collège à la famille de la victime. Elle a poursuivi: «il existe un véritable danger pour nos policiers. La société dans laquelle nous vivons est de plus en plus violente. Il faut donc être solidaire. Nous ne lésinerons pas sur les moyens pour assurer leur sécurité.»

Ce même jour devaient avoir lieu les Fastes de la police de Liège. Compte tenu de la situation, les célébrations ont été annulées.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite