Etats-Unis: les démocrates franchissent une nouvelle étape vers une procédure de destitution de Trump

Etats-Unis: les démocrates franchissent une nouvelle étape vers une procédure de destitution de Trump
Reuters

Les démocrates du Congrès américain ont franchi lundi un nouveau pas en vue de l’ouverture possible d’une procédure de destitution de Donald Trump, une option qui divise toujours l’opposition à un peu plus d’un an de la présidentielle.

La puissante commission judiciaire de la Chambre des représentants, aux mains des démocrates, devrait formaliser jeudi l’ouverture d’une enquête destinée à déterminer s’il convient d’initier une procédure d’« impeachment » contre le président, a déclaré lundi son président Jerry Nadler.

La commission, qui mène déjà depuis plusieurs mois des investigations sur Donald Trump, inscrira pour la première fois noir sur blanc ces enquêtes dans le cadre légal prévu pour destituer un président. Ses membres devront se prononcer sur une résolution qui clarifie les « procédures » à suivre afin de « déterminer s’il convient de recommander un vote de destitution contre le président Donald Trump ».

Selon Jerry Nadler, l’enquête des parlementaires aura un large champ. Elle portera d’abord sur les pressions exercées par Donald Trump sur l’enquête sur les ingérences russes dans la campagne présidentielle de 2016, afin de déterminer s’il s’est rendu coupable d’entrave à la justice.

Une procédure vouée à l’échec ?

La commission s’intéressera également au possible conflit d’intérêt lié aux recettes des hôtels et propriétés de Donald Trump depuis son entrée à la Maison Blanche. Enfin, elle se penchera sur le versement d’argent pour acheter le silence d’anciennes maîtresses présumées de Donald Trump lors de la campagne de 2016 qui pourrait représenter une violation des lois sur le financement des campagnes électorales.

Depuis des mois, les démocrates s’interrogent sur l’opportunité de lancer une procédure de destitution, sachant que la majorité républicaine au Sénat la condamne quasi certainement à l’échec. La cheffe des démocrates, Nancy Pelosi, reste réticente à cette idée par crainte que les discussions au Congrès n’occultent les débats de fond de la campagne pour 2020. Le camp de ceux qui soutiennent le lancement de cette procédure ne cesse toutefois de croître et depuis cet été, la majorité des élus démocrates à la chambre basse s’y sont ralliés.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Gordon Sondland, l’ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’Union européenne, a confirmé dans sa déclaration préliminaire avoir imposé un «
quiproquo (donnant donnant)
» aux autorités ukrainiennes, sur ordre exprès du président américain.

    Destitution: Gordon Sondland, un témoignage catastrophique pour Trump

  2. Un patient infecté qui suit correctement son traitement peut en effet devenir «indétectable» et ne plus représenter de danger d’infection.

    Sida: comment gagner la bataille de la bithérapie

  3. belgaimage-140898853-full

    Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

La chronique
  • Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

    Les médias sociaux sont de toutes les époques. C’est une des conclusions d’un livre remarquable du professeur d’histoire, Maarten Van Ginderachter, de l’université d’Anvers. Dans son ouvrage The everyday nationalism of workers (Le nationalisme quotidien des travailleurs), il explique que le quotidien socialiste gantois Vooruit avait lancé à la fin du dix-neuvième siècle un « denier de la lutte », une liste d’abonnements pour soutenir la presse socialiste. Ce qui est intéressant à propos de ces listes, c’est que les donateurs pouvaient compléter leur don par une brève déclaration, généralement des messages courts ou 1 à 5 lignes dans un langage très familier. Ces déclarations étaient publiées dans une section séparée, et dans le Vooruit. Elles représentèrent rapidement jusqu’à un quart de l’espace total de la copie, publiée au moins deux fois par semaine, contenant à chaque fois plusieurs dizaines de déclarations.

    Une propagande efficace...

    Lire la suite

  • Colonies israéliennes: Trump s’assied sur le droit international

    Donald Trump aime créer la surprise. Lundi soir, il a cependant laissé à son fidèle secrétaire d’État Mike Pompeo le soin d’annoncer urbi et orbi que les États-Unis, soudain, changeaient d’avis sur la question des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés. Désormais, l’administration américaine estime que ces colonies ne sont pas, ou plus, contraires au droit international. Le tableau pourrait presque faire sourire : un milliardaire devenu président de la plus grande puissance au monde se lève un beau matin, et décide...

    Lire la suite