Roberto Martinez aux anges après la victoire des Diables rouges en Écosse: «C’était une performance très complète»

photo news
photo news

La performance était-elle celle que vous attendiez après Saint-Marin ?

Oui. Et je ne parle pas que de la qualité du jeu car nous avons des certitudes sur ce point-là. Au-delà de cela, on a bien défendu, on a très bien travaillé les uns pour les autres quand nous n’étions pas en possession du ballon et on a su contrôler le match par moments et être clinique quand il le fallait. Une fois que l’on a mené, on a réussi à rester concentré et ne pas encaisser. Thibaut Courtois a su rester focalisé et on repart avec une nouvelle clean sheet. Nous avons livré une performance très complète.

Êtes-vous satisfait avec la prestation de l’entrejeu ?

Oui, très satisfait. Les deux médians avaient un job compliqué d’autant plus qu’ils étaient en infériorité numérique. Mais ils ont très bien tenu la ligne médiane. Depuis la Coupe du monde, c’est dans ce secteur que nous avons pu voir les joueurs grandir et évoluer. Je suis très satisfait de la complémentarité entre Dendoncker et Tielemans. Je suis également très content d’avoir pu lancer les jeunes Verschaeren et Raman dans l’optique du futur.

Que pensez-vous de la performance de Kevin De Bruyne ?

En termes de leadership, il a joué comme capitaine ! Il doit montrer l’exemple, tout comme les vice-capitaines. Vertonghen a été très important avec les jeunes mais De Bruyne a sans doute été le plus décisif dans ce rôle. Si De Bruyne a été si bon, c’est parce qu’il est arrivé au sommet de son art, de sa carrière. Il avait raté beaucoup de rassemblements à cause de sa blessure. Et il est revenu plus frais. C’est le meilleur meneur de jeu dans le monde. J’entends par là celui qui donne le rythme, capable de donner une passe en mouvement, de trouver les espaces.

Pensez-vous que l’Ecosse a toujours un brillant avenir ?

Je sais que les supporters écossais sont tellement passionnés qu’ils seront frustrés mais je crois qu’ils peuvent croire en l’avenir. L’équipe a déjà fortement évolué sur le plan tactique ces derniers mois.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20200212-3YVA7Z 2020-02-12 17:32:02

    L’Europe a un plan pour gagner la 2e manche du numérique

  2. «
Un client a une rentabilité de 0,11
% sur son épargne, 5,9
% de rendement pour nos actionnaires, cela me paraît déjà pas mal
!», estime Marc Lauwers, CEO.

    Marc Lauwers: «Argenta continuera à offrir des services non rentables»

  3. Bernard Bousmanne a sorti des réserves de la Bibliothèque nationale du Mont des Arts la pièce emblématique du futur KBR Museum
: les «
Chroniques de Hainaut
» de 1446.

    KBR, le futur musée des trésors licencieux du Siècle d’or

La chronique
  • Ecoles: que faire du cours de morale?

    C’est un enjeu dérisoire au regard de la marche du monde, mais il est révélateur des ambiguïtés de la politique belge, et plus précisément francophone.

    En vertu de l’article 24 de la Constitution, qui prolonge sur ce point le Pacte scolaire, les écoles publiques doivent offrir le choix entre l’enseignement d’une des religions reconnues et celui de la morale non confessionnelle. La création d’un cours de philosophie et citoyenneté n’a pas modifié cet état de fait : elle a seulement réduit l’horaire consacré à ces cours à une heure par semaine au lieu de deux.

    Le cours de morale non confessionnelle reste donc organisé. Or il se trouve que, au 1er septembre 2021, ses enseignants devraient détenir un « certificat en didactique du cours de morale non confessionnelle » pour exercer leur fonction. Ce certificat doit donc être mis en place, mais cela suppose de répondre au préalable à une question difficile : à quoi sert encore le cours de morale, aujourd’hui ?

    Lorsque l’on a commencé à...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: des acteurs qui tournent en rond dans une pièce sans portes ni fenêtres

    Le catch 22 est une situation paradoxale à laquelle un individu ne peut échapper en raison de règles ou de limitations contradictoires. Le terme a été inventé par Joseph Heller qui l’a utilisé dans son roman « 1961 Catch 22 », se référant à une règle de l’Air Force selon laquelle un pilote qui continue à mener des combats aériens sans demander d’être relevé est considéré comme fou, mais est jugé assez sain d’esprit pour continuer à voler dès lors qu’il fait cette requête. On pourrait aussi parler de solution kafkaïenne où...

    Lire la suite