Brexit: les députés rejettent à nouveau la demande d’élections de Boris Johnson, le Parlement suspendu

Boris Johnson
Boris Johnson - AFP

Les députés britanniques ont infligé mardi une nouvelle défaite cuisante au Premier ministre Boris Johnson en refusant à nouveau de déclencher des législatives anticipées, avant une suspension du Parlement jusqu’au 14 octobre, deux semaines avant la date prévue pour le Brexit.

Avec seulement 293 voix pour, loin des deux tiers des sièges requis pour déclencher des élections générales, les députés ont mis en échec pour la deuxième fois en cinq jours la proposition de Boris Johnson, qui voulait que les électeurs soient appelés aux urnes le 15 octobre.

Avant le vote, le chef de gouvernement a assuré qu’il ne demanderait « pas un nouveau report » du Brexit, prévu le 31 octobre, en dépit d’une loi votée en ce sens par le Parlement, entrée en vigueur lundi après l’assentiment de la reine Elizabeth II.

Comment compte-t-il s’y prendre ?

Recours en justice, démission ou autre, Boris Johnson n’a pas expliqué comment il compte s’y prendre.

« Si vous voulez un délai, alors votez pour des élections générales ! », a-t-il lancé au leader de l’opposition Jeremy Corbyn qui, selon lui, craint d’être défait dans les urnes. Celui-ci a rétorqué qu’il voulait une élection, mais se refuse à « risquer le désastre » d’une sortie de l’UE sans accord.

Avant tout scrutin, l’opposition veut s’assurer que la perspective d’un « no deal » est écartée et que le Brexit sera repoussé de trois mois, comme le Parlement l’a voté la semaine dernière.

Ce texte oblige le Premier ministre à demander ce report à l’UE s’il n’obtient pas d’accord de sortie d’ici au 19 octobre, juste après un sommet européen.

Le Parlement suspendu

Le Parlement britannique a été suspendu tôt mardi matin pour cinq semaines, jusqu’au 14 octobre, soit deux semaines seulement avant la date prévue pour le Brexit, après que les députés ont rejeté la tenue d’élections anticipées voulues par le Premier ministre conservateur Boris Johnson.

Cette suspension très controversée, critiquée par le président de la Chambre des communes John Bercow, s’est déroulée dans une ambiance électrique, au milieu des protestations acrimonieuses de l’opposition.

Les camouflets se succèdent

Les camouflets se sont succédé depuis une semaine pour Boris Johnson. Lundi en début de soirée encore, la Chambre des communes a adopté un texte pour contraindre le gouvernement à publier des documents confidentiels sur l’impact d’un Brexit sans accord, que l’exécutif est soupçonné d’avoir minimisé.

► Les députés britanniques obligent Boris Johnson à publier des documents confidentiels sur le Brexit

La séance de lundi à la Chambre des communes est la dernière avant la suspension du Parlement pendant cinq semaines décidée par Boris Johnson. Elle a été marquée par l’annonce surprise de la démission prochaine du président de la Chambre, John Bercow, après dix ans passés dans le fauteuil de « speaker ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191230-3Y1G9Z 2019-12-26 16:43:06

    Affaire Gabriel Matzneff: pourquoi a-t-on fait taire ceux qui se sont élevés contre l'écrivain?

  2. Pour Pierre Verdier, CEO de l’entreprise, le salariat est incompatible avec le modèle Deliveroo.

    Pierre Verdier au «Soir»: «Deliveroo ne pourrait plus couvrir que des zones très réduites»

  3. La princesse Diana, le 12 juin 1997.

    Archive: avant Harry, sa mère Lady Diana avait aussi perdu le statut d’altesse royale

  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite