60% des Belges quitteraient leur emploi si leur voiture de société leur était retirée

60% des Belges quitteraient leur emploi si leur voiture de société leur était retirée

Le Belge semble s’accrocher à la voiture de société : 59 % des salariés déclarent ainsi vouloir changer de travail si l’employeur ne leur en offre plus, à en croire une étude du prestataire en services RH Securex auprès de 1.500 travailleurs publiée mardi. Les alternatives de mobilité à ce système sont en outre trop peu connues. La moitié des salariés qui travaillent à Bruxelles trouvent par ailleurs les trajets domicile-travail pesants.

Ce sont surtout les salariés de moins de 50 ans (66 %, contre 36 % pour ceux au-delà de cet âge) qui manifestent l’intention de changer d’employeur si la voiture de société leur est retirée.

Outre l’attachement à ce véhicule, il semble également régner une aversion pour les alternatives, analyse Securex. Deux tiers des sondés confient ne pas être ouverts à troquer leur voiture pour une voiture plus petite combinée avec des moyens de transport alternatifs (vélo, trottinette, abonnement, voiture partagée). Il n’y a pas de différence en la matière entre les hommes et les femmes, ni en matière d’âge ou de lieu de résidence des travailleurs, pointe le prestataire de services RH.

La flexibilité

La flexibilité dont un travailleur jouit ou non en termes de lieu et de temps passé entre le domicile et le travail a par contre un impact sur ces chiffres. Ceux qui peuvent choisir le moment où ils travaillent (horaires flottants) envisagent davantage (44 % contre 23 %) d’échanger leur voiture de société contre un (plus) petit modèle et de le combiner avec des moyens de transport alternatifs si leur employeur le propose. La différence est encore plus grande (45 % contre 23 %) parmi les salariés pouvant télétravailler.

Le navetteur bruxellois se dit particulièrement contrarié par ses déplacements domicile-travail. La moitié d’entre eux (49 %) les trouvent en effet pesants. En Flandre, 38 % des travailleurs sont du même avis et en Wallonie 36 %.

Ces dix dernières années, Securex constate d’ailleurs une forte augmentation de la mesure dans laquelle les travailleurs belges trouvent les déplacements domicile-travail pénibles (+13 % chez les navetteurs du nord du pays et +11,2 % parmi les Bruxellois, contre +1,4 % au sud de la Belgique).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190426-3TL3EV 2019-04-26 15:06:39

    Win, une filiale de Nethys vendue depuis mai à François Fornieri

  2. Rajae Maouane veut porter le combat politique sur les réseaux sociaux.

    Le tandem Nollet-Maouane élu à la tête d’Ecolo: «On sent que les gens ont envie de passer à l’action»

  3. Elio Di Rupo reste président de parti, le temps d’organiser l’élection présidentielle. Paul Magnette pourra alors prendre le relais.

    PS: Di Rupo et Magnette, passage de témoin sous l’arc-en-ciel

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite