Jean-Marc Nollet sur la coalition en Wallonie: «Je suis très enthousiaste sur les résultats des discussions»

Jean-Marc Nollet sur la coalition en Wallonie: «Je suis très enthousiaste sur les résultats des discussions»

C’est un moment historique », a déclaré ce lundi le coprésident d’Ecolo, Jean-Marc Nollet, lors d’une conférence de presse à Namur. Le PS, le MR et Ecolo sont parvenus lundi à des accords pour des déclarations gouvernementales en Wallonie et en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Synthèse des priorités politiques de chacun, la déclaration affiche des ambitions à la fois sociales, écologiques et économiques, le tout soutenu par un plan d’investissements de 4 milliards d’euros qui servira à financer divers efforts d’infrastructures, de mobilité, d’énergies renouvelables et de soutien à l’innovation.

Interrogé par Fabrice Grosfilley dans la matinale de Bel RTL, Jean-Marc Nollet, coprésident d’Ecolo, a expliqué qu’il comptait bien présenter cet accord à ses militants. « Je vais le présenter et je vais présenter toutes ses potentialités puisqu’on sait qu’à la fois il est ambitieux sur le volet climatique et qu’il a des dimensions sociales très fortes. On se retrouve au coeur de la transition écologique et solidaire que nous voulions donc il n’y a pas de raison de ne pas l’expliquer et le défendre.

Parce que oui, chez Ecolo, comme le rappelle Jean-Marc Nollet, ce sont les militants qui décident. « Ce sera le cas jeudi en Assemblée générale. Mais je ferai comme hier au bureau politique, en mettant en avant ce qui a pu être obtenu et ce qui ne l’a pas été. »

Très enthousiaste

« Moi je suis très enthousiaste quand je vois le résultat des discussions et des négociations mais je le redis, chez Ecolo, ce n’est pas le président seul qui décide et c’est ça qui fait la richesse de notre parti et j’en suis très fière », continue d’expliquer le coprésident des verts.

A la question de savoir si Nollet estime que l’accord auquel on a abouti est « écolo-compatbible » et s’il a de quoi susciter l’enthousiasme comme par exemple de diminuer l’effet de serre de 55 % et aboutir à une Wallonie zéro-carbone en 2050, le coprésident d’Ecolo répond : « C’est bien pour cela que je suis plus qu’enthousiaste en la matière puisque quand vous regardez ce qu’il y a dans le programme d’Ecolo par rapport à l’objectif, on y est à plein. Quand on regarde en matière de biodiversité, les 4.000km de haies qui vont être installées, c’est exactement, au kilomètre près, dans notre programme. Quand on regarde surtout, la manière dont laquelle tout cela est intégré, il y aura des conséquences pour soutenir les citoyens. Plein de dimensions seront impactées par ce qui est au coeur du programme du prochain gouvernement à savoir la réduction des gaz à effet de serre à hauteur de 55 % ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’expédition commence place Dumon, à Wolume-Saint-Pierre, avec le tram 39 – un vieux modèle.

    Le tour de Bruxelles en mobilité partagée: «Le Soir» a tenté l’expérience

  2. d-20190920-3W685Y 2019-09-20 08:13:25

    Nethys: une semaine de révélations dans «Le Soir»

  3. d-20190830-3VTLPV 2019-08-30 11:01:52

    Les racines élémentaires de Patrick Dewael: «Mon libéralisme doit tout à ma famille et à Verhofstadt»

La chronique
  • {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite