«Surnaturel», «Masterclass», «Éblouissant»: la presse étrangère encense Kevin De Bruyne et les Diables rouges

©Photonews
©Photonews

La Belgique s’est imposée 0-4 face à l’Écosse ce lundi soir dans son sixième match de qualifications pour l’Euro 2020. Une démonstration des Diables rouges où les regards se sont tournés vers un seul homme : Kevin De Bruyne. Avec le brassard de capitaine au bras, le milieu de terrain à tout simplement éclaboussé la pelouse d’Hampden Park de son talent. Une prestation exceptionnelle que la presse étrangère, et britannique surtout, n’a pu que couvrir de louanges.

« L’éclat surnaturel de De Bruyne », écrit ainsi la BBC sur son site internet au sujet de l’homme du match, qui a fait oublier l’absence d’Eden Hazard. « Qui a besoin du joueur du Real Madrid quand vous avez déjà un tel De Bruyne face à une équipe désespérément faible, avec une défense en carton – toutes nos excuses pour le carton ? ». De Bruyne a proposé une « masterclass avec ses passes, sa vitesse, sa vision du jeu et sa capacité sans limite à trouver les espaces ». Pour The Guardian, « la Belgique reste très agréable à regarder, la facilité avec laquelle elle a démantelé l’Écosse pouvait laisser croire que les deux équipes jouaient à un sport différent ». Le média britannique épingle lui aussi la performance du capitaine belge « qui, éblouissant, était au coeur de tout ce qu’il y avait de positif ».

Selon Sky Sports, « l’Écosse en a bien assez vu de Kevin De Bruyne » qui était impliqué dans les quatre buts de la soirée, dont le dernier qu’il a inscrit lui-même pour « ponctuer sa brillante prestation individuelle ». « De Bruyne a donné une leçon de créativité avant la mi-temps en délivrant trois assists », pointe de son côté The Sun.

L’Écosse n’a pu que constater la supériorité des Belges ce lundi soir. « Les Diables rouges. Le danger jaune… Nommez-les comme vous voulez, la Belgique est au niveau de sa réputation », peut-on lire chez The Scotsman. « Elle respire le style. De Bruyne a inscrit le quatrième but, bien mérité, après avoir été à l’assist des trois premiers. La Belgique a joué la deuxième mi-temps presque comme si c’était un match d’entraînement ».

« Kevin De Bruyne pour vous servir », commente le journal français L’Équipe au sujet du meneur qui était « particulièrement inspiré », pointant également l’absence sans conséquences des frères Hazard, Witsel, Kompany ou encore Denayer. En Italie, la Gazzetta Dello Sport estime que « tout devient plus facile quand Kevin De Bruyne est là, il a enchanté le match ». Enfin, le quotidien espagnol Marca indique que la Belgique s’approche de l’Euro « au rythme de De Bruyne, grand architecte du triomphe » face à l’Écosse.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite