Willy Borsus sur la coalition en Wallonie: «Avec une touche libérale, cet accord est très ambitieux»

Ce lundi, le PS, le MR et Ecolo ont annoncé des accords pour des déclarations gouvernementales en Wallonie et en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Synthèse des priorités politiques de chacun, la déclaration affiche des ambitions à la fois sociales, écologiques et économiques, le tout soutenu par un plan d’investissements de 4 milliards d’euros qui servira à financer divers efforts d’infrastructures, de mobilité, d’énergies renouvelables et de soutien à l’innovation.

Une touche libérale

A la question de savoir si la touche libérale est suffisamment visible dans les accords, Willy Borsus, ministre-président wallon sortant répond au micro de Bel RTL : « Il y a une touche libérale mais aussi surtout collective à travers aussi bien le développement économique, la cohésion sociale mais aussi transition environnementale. Ce sont des enjeux qui sont très importants chez nous également. Mais nous avions aussi des priorités en ce qui concerne par exemple la fiscalité. Donc il n’y aura aucune nouvelle taxe sous cette législature au niveau wallon, c’est très important. Bien plus, des mesures favorables au pouvoir d’achat. 100 euros de moins sur le précompte immobilier dès 2023 ou bien une réduction des droits d’enregistrement dès lors qu’on achète sa première maison. Tout cela est important pour les gens et pour le quotidien. Mais il y a beaucoup d’autres éléments qui étaient importants pour nous qu’on retrouve dans la déclaration de politique régionale et en Fédération Wallonie-Bruxelles. »

Sur les réductions de gaz à effet de serre et la partie écologie de l’accord, Willy Borsus explique que c’est une partie de l’accord dans laquelle les libéraux se sentent totalement engagés. « Nous allons, dans chacun des secteurs, avoir les concertations nécessaires pour parvenir à ce que cette transition climatique soit une opportunité en termes de création d’emplois, de création d’activités. Soyons très clairs : l’enjeu planète, l’enjeu de préserver notre cadre de vie est un enjeu qui nous concerne toutes et tous. Les hommes et les femmes de l’ensemble du monde et l’ensemble des formations politiques. Je défendrai avec totale énergie les mesures sociales, les mesures économiques, les mesures emploi, les mesures en ce qui concerne l’environnement et d’autres encore de cet accord ».

« Je pense que cet accord est très ambitieux », tient à souligner Willy Borsus.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite