Willy Borsus sur la coalition en Wallonie: «Avec une touche libérale, cet accord est très ambitieux»

Ce lundi, le PS, le MR et Ecolo ont annoncé des accords pour des déclarations gouvernementales en Wallonie et en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Synthèse des priorités politiques de chacun, la déclaration affiche des ambitions à la fois sociales, écologiques et économiques, le tout soutenu par un plan d’investissements de 4 milliards d’euros qui servira à financer divers efforts d’infrastructures, de mobilité, d’énergies renouvelables et de soutien à l’innovation.

Une touche libérale

A la question de savoir si la touche libérale est suffisamment visible dans les accords, Willy Borsus, ministre-président wallon sortant répond au micro de Bel RTL : « Il y a une touche libérale mais aussi surtout collective à travers aussi bien le développement économique, la cohésion sociale mais aussi transition environnementale. Ce sont des enjeux qui sont très importants chez nous également. Mais nous avions aussi des priorités en ce qui concerne par exemple la fiscalité. Donc il n’y aura aucune nouvelle taxe sous cette législature au niveau wallon, c’est très important. Bien plus, des mesures favorables au pouvoir d’achat. 100 euros de moins sur le précompte immobilier dès 2023 ou bien une réduction des droits d’enregistrement dès lors qu’on achète sa première maison. Tout cela est important pour les gens et pour le quotidien. Mais il y a beaucoup d’autres éléments qui étaient importants pour nous qu’on retrouve dans la déclaration de politique régionale et en Fédération Wallonie-Bruxelles. »

Sur les réductions de gaz à effet de serre et la partie écologie de l’accord, Willy Borsus explique que c’est une partie de l’accord dans laquelle les libéraux se sentent totalement engagés. « Nous allons, dans chacun des secteurs, avoir les concertations nécessaires pour parvenir à ce que cette transition climatique soit une opportunité en termes de création d’emplois, de création d’activités. Soyons très clairs : l’enjeu planète, l’enjeu de préserver notre cadre de vie est un enjeu qui nous concerne toutes et tous. Les hommes et les femmes de l’ensemble du monde et l’ensemble des formations politiques. Je défendrai avec totale énergie les mesures sociales, les mesures économiques, les mesures emploi, les mesures en ce qui concerne l’environnement et d’autres encore de cet accord ».

« Je pense que cet accord est très ambitieux », tient à souligner Willy Borsus.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. COP25 à Madrid

    COP25: un échec pour le multilatéralisme et pour le climat

  2. «
Il est temps maintenant d’arrêter les postures disant qu’on veut bien négocier mais qu’on ne négocie pas réellement.
» © Mathieu Golinvaux.

    Sabine Laruelle (MR): «PS et N-VA doivent tomber les masques»

  3. Anna Karina, en 2018.

    Anna Karina, première muse de Godard, ne chantera plus sous le soleil

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite