Les journalistes du Monde somment l’actionnaire Kretinsky de «garantir leur indépendance»

Les journalistes du Monde somment l’actionnaire Kretinsky de «garantir leur indépendance»

Les journalistes du Monde ont sommé mardi dans une tribune leur nouvel actionnaire Daniel Kretinsky de « garantir leur indépendance » en leur donnant un droit de regard sur les changements de contrôle capitalistique du groupe.

Un des deux actionnaires majoritaires, Xavier Niel, a signé ce droit de regard lundi. La quasi-totalité des plus de 450 journalistes du Monde demande désormais à l’autre actionnaire majoritaire Matthieu Pigasse et « à son nouvel associé, Daniel Kretinsky, de cosigner cet accord » avant le 17 septembre.

« C’est l’occasion pour ce dernier de joindre le geste à la parole et de démontrer son ’ambition de soutenir le journalisme traditionnel’ et celle de ’soutenir la démocratie’ affichées à Paris le 5 septembre », lors d’une de ses rares prises de parole publiques, soulignent les journalistes.

« La signature du droit d’agrément est un préalable à l’ouverture de discussions pour connaître les réelles intentions de M. Kretinsky. Ce serait également un premier signe que l’industriel comprend la singularité du Groupe Le Monde », concluent-ils.

Daniel Kretinsky était entré au capital du Monde en octobre 2018 à la faveur d’une alliance inattendue avec M. Pigasse, suscitant l’inquiétude du pôle d’indépendance du journal, qui regroupe les salariés, journalistes et la société des lecteurs.

Celui-ci avait obtenu de Xaviel Niel et Matthieu Pigasse qu’ils s’engagent sur la mise en place d’un « droit d’agrément », qui reste depuis bloqué dans des négociations.

En outre, Daniel Kretinsky et Matthieu Pigasse négocient depuis des mois le rachat des parts du groupe espagnol Prisa, qui leur permettraient de passer de 26 % à 46 % dans Le Monde Libre (LML), la société qui contrôle 75 % du capital du quotidien.

Un mouvement qui romprait l’équilibre qui prévalait depuis la recapitalisation en 2010 par le trio Niel-Bergé-Pigasse, et qui suscite l’inquiétude au sein du groupe. Xavier Niel l’avait qualifié d’« agression » contre les rédactions du Monde et lui-même.

M. Kretinsky a investi dans plusieurs médias français l’an dernier (les magazines Marianne, Elle, Version Femina, Art &amp ; Décoration, Télé 7 Jours, France Dimanche, Ici Paris et Public, ainsi qu’une entrée au capital du Monde), ainsi que dans l’énergie (son groupe vient d’acquérir deux centrales à charbon).

Il vient aussi de mettre un pied dans la grande distribution hexagonale, avec une petite prise de participation au capital de Casino.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’expédition commence place Dumon, à Wolume-Saint-Pierre, avec le tram 39 – un vieux modèle.

    Le tour de Bruxelles en mobilité partagée: «Le Soir» a tenté l’expérience

  2. d-20190920-3W685Y 2019-09-20 08:13:25

    Nethys: une semaine de révélations dans «Le Soir»

  3. d-20190830-3VTLPV 2019-08-30 11:01:52

    Les racines élémentaires de Patrick Dewael: «Mon libéralisme doit tout à ma famille et à Verhofstadt»

La chronique
  • {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite