Brexit: le Royaume-Uni devra proposer un commissaire s’il ne quitte pas l’Union européenne le 31 octobre

Boris Johnson
Boris Johnson - AFP

Le gouvernement britannique devra envoyer un commissaire à Bruxelles si le Brexit n’a pas lieu le 31 octobre, a souligné mardi la présidente élue de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

► Didier Reynders sera commissaire européen à la Justice, découvrez tous les portefeuilles

En cas de nouveau report de la sortie du Royaume-Uni de l’UE - un scénario de plus en plus probable -, Londres devra proposer un candidat pour prendre une fonction au sein du nouvel exécutif européen.

Les traités prévoient en effet que chaque État membre dispose d’une représentant au sein de la Commission, a souligné Mme von der Leyen.

« Le début de notre future relation »

Le Brexit n’est «pas la fin de quelque chose» mais «le début de notre future relation» avec le Royaume-Uni, a-t-elle encore déclaré.

«Nous sommes encore dans un processus difficile. Je n’arrête pas de dire +le Brexit que nous n’avons jamais voulu+. Mais nous respectons la décision prise par nos amis britanniques», a-t-elle poursuivi.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. NETHYS

    Nethys, le grand déballage: Stéphane Moreau va quitter la holding

  2. Objectif
: soulager les Bruxellois de la congestion automobile.

    L’idée d’une taxe kilométrique divise... et s’enlise

  3. Au vu des résultats de notre sondage, l’optimisme sans faille des informateurs Didier Reynders et Johan Vande Lanotte est difficile à expliquer... © Photo News.

    Grand Baromètre: les Belges disent non à une coalition PS-N-VA et non à de nouvelles élections

La chronique
  • Quo vadis, Boris Johnson?

    Bien malin qui pourrait comprendre ou même deviner la moindre ligne directrice dans la manière dont Boris Johnson mène sa « négociation » avec l’Union européenne… Il y a une dizaine de jours, une brève lueur d’espoir avait pu naître chez ceux qui continuaient à espérer que le nouveau Premier ministre britannique s’avérerait plus rationnel qu’il n’y paraissait jusque-là. D’une part, son idée de faire de l’île d’Irlande un territoire régi par les mêmes règles pour le secteur agro-alimentaire avait pu être comprise comme un premier...

    Lire la suite