Gouvernement wallon: le casting devrait être connu pour les Fêtes de Wallonie

Jeaj-Marc Nollet et Elio Di Rupo
Jeaj-Marc Nollet et Elio Di Rupo - Belga

L’objectif est annoncé de longue date : l’idéal serait que la Wallonie puisse disposer d’un nouveau gouvernement pour ce samedi 14 septembre à 17 heures précises. Ce jour là et à cette heure-là, le ministre-président doit prononcer son discours officiel devant les autorités d’ici et d’ailleurs, dans le cadre prestigieux du théâtre royal de Namur. L’instant est symbolique, mais l’occasion est belle de marquer les esprits avec des petites phrases et des grands projets.

>> Coalition en Wallonie et en Fédération: voici l’accord complet

Willy Borsus (MR), toujours locataire de l’Elysette au moment où nous écrivons ces lignes, a bien cru qu’il monterait à nouveau sur la scène pour cette rentrée 2019. Mais le libéral peut ranger ses notes. Selon le scénario décrit ce lundi par Elio Di Rupo, le parlement de Wallonie et le Roi devraient recevoir dès ce vendredi matin les prestations de serment des ministres et du tout nouveau ministre-président. Et pour le président du PS, pas de doute : dès qu’il a prêté serment, le ministre-président entre en fonction et le discours des « Wallos » est dès lors de sa responsabilité.

Un bureau élargi du parlement de Wallonie est prévu ce jeudi midi. Il devrait convoquer l’assemblée plénière pour vendredi matin. A l’ordre du jour, dans l’ordre : l’installation des ministres (plus une interruption de séance pour permettre au ministre-président de se rendre au palais royal), puis l’exposé de la Déclaration de politique régionale. Les députés wallons seraient invités à revenir à Namur lundi matin pour le débat général et le vote de confiance.

Dans ce scénario, le parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles est prié de patienter, comme souvent. La plénière devrait être convoquée le mardi 17 septembre seulement et les débats pourraient se poursuivre mercredi ou jeudi. D’ici là, on saura qui est invité à devenir ministre communautaire.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Gordon Sondland, l’ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’Union européenne, a confirmé dans sa déclaration préliminaire avoir imposé un «
quiproquo (donnant donnant)
» aux autorités ukrainiennes, sur ordre exprès du président américain.

    Destitution: Gordon Sondland, un témoignage catastrophique pour Trump

  2. Un patient infecté qui suit correctement son traitement peut en effet devenir «indétectable» et ne plus représenter de danger d’infection.

    Sida: comment gagner la bataille de la bithérapie

  3. belgaimage-140898853-full

    Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

La chronique
  • Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

    Les médias sociaux sont de toutes les époques. C’est une des conclusions d’un livre remarquable du professeur d’histoire, Maarten Van Ginderachter, de l’université d’Anvers. Dans son ouvrage The everyday nationalism of workers (Le nationalisme quotidien des travailleurs), il explique que le quotidien socialiste gantois Vooruit avait lancé à la fin du dix-neuvième siècle un « denier de la lutte », une liste d’abonnements pour soutenir la presse socialiste. Ce qui est intéressant à propos de ces listes, c’est que les donateurs pouvaient compléter leur don par une brève déclaration, généralement des messages courts ou 1 à 5 lignes dans un langage très familier. Ces déclarations étaient publiées dans une section séparée, et dans le Vooruit. Elles représentèrent rapidement jusqu’à un quart de l’espace total de la copie, publiée au moins deux fois par semaine, contenant à chaque fois plusieurs dizaines de déclarations.

    Une propagande efficace...

    Lire la suite

  • Colonies israéliennes: Trump s’assied sur le droit international

    Donald Trump aime créer la surprise. Lundi soir, il a cependant laissé à son fidèle secrétaire d’État Mike Pompeo le soin d’annoncer urbi et orbi que les États-Unis, soudain, changeaient d’avis sur la question des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés. Désormais, l’administration américaine estime que ces colonies ne sont pas, ou plus, contraires au droit international. Le tableau pourrait presque faire sourire : un milliardaire devenu président de la plus grande puissance au monde se lève un beau matin, et décide...

    Lire la suite