Gouvernement wallon: le casting devrait être connu pour les Fêtes de Wallonie

Jeaj-Marc Nollet et Elio Di Rupo
Jeaj-Marc Nollet et Elio Di Rupo - Belga

L’objectif est annoncé de longue date : l’idéal serait que la Wallonie puisse disposer d’un nouveau gouvernement pour ce samedi 14 septembre à 17 heures précises. Ce jour là et à cette heure-là, le ministre-président doit prononcer son discours officiel devant les autorités d’ici et d’ailleurs, dans le cadre prestigieux du théâtre royal de Namur. L’instant est symbolique, mais l’occasion est belle de marquer les esprits avec des petites phrases et des grands projets.

>> Coalition en Wallonie et en Fédération: voici l’accord complet

Willy Borsus (MR), toujours locataire de l’Elysette au moment où nous écrivons ces lignes, a bien cru qu’il monterait à nouveau sur la scène pour cette rentrée 2019. Mais le libéral peut ranger ses notes. Selon le scénario décrit ce lundi par Elio Di Rupo, le parlement de Wallonie et le Roi devraient recevoir dès ce vendredi matin les prestations de serment des ministres et du tout nouveau ministre-président. Et pour le président du PS, pas de doute : dès qu’il a prêté serment, le ministre-président entre en fonction et le discours des « Wallos » est dès lors de sa responsabilité.

Un bureau élargi du parlement de Wallonie est prévu ce jeudi midi. Il devrait convoquer l’assemblée plénière pour vendredi matin. A l’ordre du jour, dans l’ordre : l’installation des ministres (plus une interruption de séance pour permettre au ministre-président de se rendre au palais royal), puis l’exposé de la Déclaration de politique régionale. Les députés wallons seraient invités à revenir à Namur lundi matin pour le débat général et le vote de confiance.

Dans ce scénario, le parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles est prié de patienter, comme souvent. La plénière devrait être convoquée le mardi 17 septembre seulement et les débats pourraient se poursuivre mercredi ou jeudi. D’ici là, on saura qui est invité à devenir ministre communautaire.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour Kristalina Georgieva, directrice générale du FMI, le coronavirus met «
en péril
» la reprise de l’économie mondiale.

    Coronavirus: l’inquiétude gagne les places boursières

  2. belgaimage-160176691-full

    Bouchez sur la taxe congestion: «Le PS est coincé entre Ecolo et la soi-disant défense des classes populaires»

  3. «
L’objectif de ce qu’on fait, c’est de faire les choses différemment et mieux
», se défend Boris Johnson.

    Brexit: Boris Johnson ressort la menace d’une sortie sans accord

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite