«Parasite», la Palme d’or 2019, un film parfait: nos critiques des sorties cinéma

«
Parasite
».
« Parasite ».

Parasite (Bong Joon-ho)

La Palme d’or 2019 est un film parfait. Brillante maîtrise de la forme, acteurs irréprochables et puissance narrative remarquable incluant autant le plaisir du polar haletant que l’analyse sociale et politique pertinente. On retrouve le style efficace de Bong Joon-ho, ce mélange habile d’humour noir, de satire sociale, d’action et de suspense. Un thriller fascinant. Un intense moment jouissif de cinéma.

Deux moi (Cédric Klapisch)

Dans ce récit initiatique à deux voies, Klapisch poursuit un but : faire la pub du réel dans une ère où l’on clique pour une pizza et un rendez-vous Tinder. Il y arrive plutôt bien, utilisant une approche réaliste d’où jaillissent des moments drôles, tendres, graves et beaucoup de bienveillance. Interprété avec justesse, mis en scène sobrement, son conte urbain est une invitation à renouer avec des relations réelles, (re)trouver la confiance en soi et en la vie, accepter d’être heureux. C’est moins cher qu’une séance chez le psy…

Fourmi (Julien Rappeneau)

C’est fait avec sincérité, modestie, tendresse, bienveillance. Entre légèreté et gravité, rires et larmes, le scénario court sur un sentier balisé mais le courant entre François Damiens, à fond dans ce rôle de colosse fragilisé, et le jeune Maleaume Paquin passe joyeusement pour créer un rapport père-fils touchant en marge de la bienséance.

The best of Dorien B (Anke Blondé)

La réalisatrice belge saisit la pression dont on peut tous faire l’objet à travers un subtil portrait de femme. Entre drame et comédie, elle filme avec délicatesse le monde de Dorien qui s’effondre puis sa rédemption nécessairement égoïste.

The Hummingbird project (Kim Nguyen)

Un thriller technologique rythmé qui transpire la société moderne, ultralibérale, entièrement tournée vers le profit au point de perdre tout sens de la raison et de la mesure. Une métaphore de notre système financier et de sa folie. On ne s’ennuie pas.

Ça, chapitre II (Andy Muschietti)

Ce deuxième chapitre, toujours joliment mis en images, est autant une réussite que le premier. Sauf que Muschietti remet le couvert en appuyant aussi là où ce n’était pas forcément utile. On peut donc préférer le chapitre 1 au 2.

Fisherman’s friends (Chris Foggin)

Cette comédie douce-amère typiquement british et très convenue n’offre aucune surprise mais parvient néanmoins à atteindre son but. Voici un feel good movie tout ce qu’il y a de plus classique, mais qui fond comme une guimauve dans la bouche.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’état de santé de Julian Assange inquiète le Rapporteur de l’ONU sur la torture, Nils Melzer, qui affirme que «sa vie est désormais en danger».

    L’abandon de l’enquête pour viol contre Assange en Suède ne change pas grand-chose

  2. Vue aérienne de la colonie de Beitar Illit en Cisjordanie.

    Les colonies juives ne sont plus illégales pour les USA: quand Trump s’assied sur le droit international

  3. « Quand je fais des voix de personnages animés, ça me remet en connexion avec mes années étudiant, une très belle période. »

    Dany Boon alias Olaf dans «La Reine des neiges»: «Il y a beaucoup du monde de l’enfance»

La chronique
  • Royaume-Uni: Levido et Milne, les faux frères ennemis des élections

    Par Marc Roche

    Deux personnages au visage banal, discrets jusqu’à la transparence, sans charisme, ni faconde, qui sont, dans l’ombre, les hommes clefs de l’élection législative du 12 décembre au Royaume-Uni. Et le symbole de la revanche des radicaux sur les tenants du juste milieu.

    L’Australien Isaac Levido, 35 ans, et l’Anglais Seumas Milne, 61 ans, sont les gourous électoraux respectivement de Boris Johnson et de Jeremy Corbyn. Les mécaniciens en chef de la bataille électorale détiennent beaucoup plus de puissance réelle que les membres du Cabinet ou du gouvernement fantôme. Ils ont l’accès le plus direct, le plus fréquent et le poids le plus perceptible auprès des deux principaux protagonistes du scrutin.

    Tout apparemment différencie les deux frères...

    Lire la suite

  • Mesdames, Messieurs, la Commission! Enfin…

    On croyait que les affaires courantes étaient une spécialité belge. Mais depuis un mois, on a découvert que l’Europe nous les enviait au point de les adopter. La Commission von der Leyen, qui devait entrer en fonction le premier novembre dernier, est en effet restée dans les paddocks bruxellois faute d’être au complet.

    Mais ces affaires courantes, qui font déjà mauvais genre chez nous, faisaient carrément tache pour une Union européenne déjà accusée de paralysie quand la Commission est de plein...

    Lire la suite