Le nouveau gouvernement wallon veut une taxation du kérosène des avions et la relance des trains de nuit

Conférence de presse des négociateurs wallons présentant l’accord de gouvernement wallon et de la Communauté Française
Conférence de presse des négociateurs wallons présentant l’accord de gouvernement wallon et de la Communauté Française - Photo News

La Wallonie défendra au niveau européen la mise en place d’une taxation du kérosène, la relance des trains de nuit et, plus globalement, le développement du réseau ferroviaire européen, est-il indiqué dans la déclaration de politique régionale de la coalition PS-MR-Ecolo. Le nouvel exécutif souhaite par ailleurs faire de Liège et de Charleroi des aéroports zéro carbone au niveau de l’infrastructure à l’horizon 2030.

« Viviers d’emploi importants » et « pôles de développement majeurs dans la dynamique d’amplification de l’économie wallonne », les deux aéroports seront ainsi soutenus dans leur volonté d’être neutres en carbone au niveau de l’infrastructure à l’horizon 2030. Liège Airport a d’ailleurs déjà lancé un plan en ce sens il y a quelques semaines.

Le futur gouvernement wallon agira de manière à concilier développement économique et création d’emplois dans et autour des aéroports avec les objectifs de protection de l’environnement, de santé publique et de qualité de vie des habitants, est-il stipulé dans sa déclaration de politique régionale. Cela passera notamment par un plaidoyer au niveau européen en faveur d’une taxation du kérosène, de la relance des trains de nuit et le développement du réseau ferroviaire européen.

Cette politique environnementale se traduira également par la défense du principe d’une « réduction forte » des émissions de gaz à effet de serre liées à l’aviation. Dans ce cadre, le nouvel exécutif encouragera Liège et Charleroi à se doter, « dans la mesure du possible », d’objectifs ambitieux en ce qui concerne les émissions liées à leurs vols. Il invitera les deux aéroports à mettre en place des programmes pilotes de vols à très faibles émissions.

Le nouvel exécutif ouvrira enfin le comité d’accompagnement de Liège Airport et de Brussels South Charleroi Airport (BSCA) à des représentants « démocratiquement désignés » par les riverains se situant dans le périmètre d’exposition au bruit. Cela afin de « renforcer la participation citoyenne » dans le cadre du développement des deux infrastructures.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10852191-011

    Coronavirus: que faire si l’on a des symptômes?

  2. La récente dénonciation de certains abus a mis en évidence un manque d’informations chez les étudiants sur leurs droits et sur les structures d’aide existantes.

    Les universités renforcent leurs dispositifs anti-harcèlement

  3. PHOTONEWS_10669380-007

    Rensenbrink ou l’élégance rare du footballeur en smoking

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Affaire Nethys: parole de consultant, parole d’évangile?

    Quand je serai grand, je ferai consultant » : c’est le tweet d’un de nos confrères de l’Echo, qui publiait ce vendredi les sommes versées par Nethys à McKinsey ces cinq dernières années. C’est la nouvelle présidente d’Enodia, actionnaire de Nethys, la socialiste Julie Fernandez Fernandez, qui révélait les vingt millions d’euros payés au consultant entre 2014 et 2019. Un chiffre qui n’est pas définitif puisque McKinsey est à l’œuvre depuis bien plus longtemps aux côtés des ex-dirigeants liégeois. La présidente...

    Lire la suite