Le nouveau gouvernement wallon veut une taxation du kérosène des avions et la relance des trains de nuit

Conférence de presse des négociateurs wallons présentant l’accord de gouvernement wallon et de la Communauté Française
Conférence de presse des négociateurs wallons présentant l’accord de gouvernement wallon et de la Communauté Française - Photo News

La Wallonie défendra au niveau européen la mise en place d’une taxation du kérosène, la relance des trains de nuit et, plus globalement, le développement du réseau ferroviaire européen, est-il indiqué dans la déclaration de politique régionale de la coalition PS-MR-Ecolo. Le nouvel exécutif souhaite par ailleurs faire de Liège et de Charleroi des aéroports zéro carbone au niveau de l’infrastructure à l’horizon 2030.

« Viviers d’emploi importants » et « pôles de développement majeurs dans la dynamique d’amplification de l’économie wallonne », les deux aéroports seront ainsi soutenus dans leur volonté d’être neutres en carbone au niveau de l’infrastructure à l’horizon 2030. Liège Airport a d’ailleurs déjà lancé un plan en ce sens il y a quelques semaines.

Le futur gouvernement wallon agira de manière à concilier développement économique et création d’emplois dans et autour des aéroports avec les objectifs de protection de l’environnement, de santé publique et de qualité de vie des habitants, est-il stipulé dans sa déclaration de politique régionale. Cela passera notamment par un plaidoyer au niveau européen en faveur d’une taxation du kérosène, de la relance des trains de nuit et le développement du réseau ferroviaire européen.

Cette politique environnementale se traduira également par la défense du principe d’une « réduction forte » des émissions de gaz à effet de serre liées à l’aviation. Dans ce cadre, le nouvel exécutif encouragera Liège et Charleroi à se doter, « dans la mesure du possible », d’objectifs ambitieux en ce qui concerne les émissions liées à leurs vols. Il invitera les deux aéroports à mettre en place des programmes pilotes de vols à très faibles émissions.

Le nouvel exécutif ouvrira enfin le comité d’accompagnement de Liège Airport et de Brussels South Charleroi Airport (BSCA) à des représentants « démocratiquement désignés » par les riverains se situant dans le périmètre d’exposition au bruit. Cela afin de « renforcer la participation citoyenne » dans le cadre du développement des deux infrastructures.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190426-3TL3EV 2019-04-26 15:06:39

    Win, une filiale de Nethys vendue depuis mai à François Fornieri

  2. Rajae Maouane veut porter le combat politique sur les réseaux sociaux.

    Le tandem Nollet-Maouane élu à la tête d’Ecolo: «On sent que les gens ont envie de passer à l’action»

  3. Elio Di Rupo reste président de parti, le temps d’organiser l’élection présidentielle. Paul Magnette pourra alors prendre le relais.

    PS: Di Rupo et Magnette, passage de témoin sous l’arc-en-ciel

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite