Athlétisme: la Ligue belge acceptera toutes les invitations de l’IAAF pour Doha

Jonathan Sacoor. @News
Jonathan Sacoor. @News

Trois jours après avoir annoncé qu’elle sélectionnait les relais 4 x 400 m hommes, femmes et mixte pour les Mondiaux de Doha malgré le fait que les deux derniers n’avaient pas formellement rempli ses critères après avoir glissé hors du top 12 mondial, la Ligue belge d’athlétisme (LRBA) a décidé de se montrer également magnanime avec les athlètes que la Fédération internationale (IAAF) s’apprête à repêcher.

Ces repêchages servent à remplir les cases dans toutes les disciplines du programme pour le cas où le nombre d’athlètes ayant réussi les critères est inférieur au quota qui a été décidé. Sur 100 m, par exemple, où 48 inscrits sont prévus, il n’y a que 40 athlètes qui ont rempli les exigences de l’IAAF, c’est-à-dire avoir couru en 10.10 ou bénéficier d’une place liée à un statut particulier (tenant du titre mondial, vainqueur de la Diamond League ou champion continental) ; du coup, elle repêchera les 8 sprinters les plus rapides de la saison après ceux qui sont déjà qualifiés.

La LRBA avait annoncé, lors de la diffusion de ses critères, qu’elle n’accepterait d’éventuelles invitations que si ses repêchés figuraient dans le top 24 mondial, avec un maximum de trois athlètes par pays. Elle a finalement décidé de renoncer à cette règle et acceptera toutes les invitations de l’IAAF qui devraient tomber incessamment. Pour les marathoniens, les repêchés sur base d’une performance de 2018 devront avoir satisfait aux critères LRBA de maintien de l’état de forme à partir du 1er avril 2019.

« Nous avons toujours suivi les recommandations du Comité olympique (COIB) quand celui-ci nous demandait d’être plus sévère que les critères internationaux ; maintenant qu’il suit strictement les critères des fédérations internationales, nous continuons à le faire, même si, pour cela, nous revenons en arrière par rapport à ce que nous avions exigé initialement », indique Christian Maigret, le directeur technique francophone. « L’idée est de ne pas pénaliser nos athlètes par rapport à la concurrence internationale et de leur donner une occasion supplémentaire de gagner des points en vue de la sélection pour les JO de Tokyo de l’an prochain. »

Même si la liste n’est pas encore officielle, les principaux athlètes concernés par ces repêchages sont Jonathan Sacoor (400 m), Ismaël Debjani (1.500 m), Philip Milanov (disque) et Fanny Smets (perche).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  2. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

  3. Eden Hazard ne gardera pas un grand souvenir du Parc des Princes. @News

La chronique
  • Trump et la diplomatie du «deux poids deux mesures»

    Trump, s.v.p., sauvez Hong Kong », clament les protestataires de « la perle de l’Orient ». «Nous sommes derrière vous à 100%», déclare le vice-président américain Mike Pence au leader de l’opposition vénézuélienne Juan Guaido. Pour ceux qui combattent des régimes autoritaires, la tentation d’accepter de l’aide « d’où qu’elle vienne » est inévitable, mais le pari est risqué, car l’appui d’une puissance controversée, comme aujourd’hui l’Amérique de Donald Trump, peut compromettre ou contredire les valeurs de liberté et de patriotisme dont ils se réclament.

    Dans les pays qui ont été marqués par les ingérences étrangères, il ne faut jamais sous-estimer la force du ressentiment nationaliste, qui offre à leurs dirigeants un moyen de discréditer...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite