Vincent Kompany est à Manchester City pour son jubilé: «Je suis un Mancunien»

@News
@News

Vincent Kompany, désormais manager-joueur à Anderlecht, s’accorde une pause dans sa saison mauve pour revenir mercredi à Manchester City. Son jubilé est en effet organisé à l’Ethiad Stadium avec une rencontre qui oppose des légendes de Manchester City à celles de la Premier League.

Vincent Kompany foule ainsi une dernière fois la pelouse de l’Ethiad Stadium entouré de ses anciens coéquipiers mais aussi de joueurs qu’il a affrontés lors de ses onze saisons passées en Premier League. « C’est une chance pour moi de leur dire au revoir. Le club a toujours été formidable avec moi et je lui ai toujours rendu sur le terrain. »

« Je suis un Mancunien », a rappelé le défenseur des Diables rouges dans une interview à Skysport à la veille de « son » évènement.

Arrivé en août 2008 en provenance de Hambourg, Vincent Kompany va passer onze ans sous le maillot des Cityzens. Avec les Skyblues, il remporte quatre titres de champion d’Angleterre, deux Coupes d’Angleterre, quatre Coupes de la Ligue et deux Community Shield.

Tout au long de ses années passées sous le maillot de Manchester City, « Vince The Prince » a vu débarquer de nombreux joueurs de renom à ses côtés grâce notamment à l’arrivée des propriétaires d’Abu Dhabi. « Lorsque les investisseurs sont arrivés, ils ont voulu prendre le temps de construire quelque chose. C’était exactement ce qu’il fallait pour le club. Ils sont arrivés avec un plan et une vision », a expliqué Kompany.

Étant un des premiers joueurs transférés par les nouveaux investisseurs, le joueur de 33 ans est resté fidèle aux Cityzens, devenant une véritable icône et promu capitaine durant la saison 2011-2012, celle de la consécration avec le premier titre de champion depuis 1968. Notamment grâce à un but de Kompany contre le rival Manchester United dans un match qui permettait à City d’écarter définitivement son voisin dans la lutte pour le titre.

« Ce n’est pas un cadeau de rester onze ans dans un club aussi compétitif que City. Je sais que j’ai joué un rôle dans la mise en place de la culture et de l’avenir du club. Cela signifie énormément pour moi. Au final, je suis devenu un Mancunien. Toutes les valeurs que j’avais avant de signer ici, je les ai transportées au fil des années. J’ai voulu les inculquer au groupe et je pense qu’il s’est construit comme ça grâce à moi et d’autres joueurs. »

Du but d’Agüero en 2012 en passant par son dernier but avec les Cityzens le 6 mai dernier contre Leicester, qui permettait à City de repasser devant Liverpool à une journée de la fin, Kompany aura vécu des moments uniques sous le maillot des Skyblues.

« Le goal d’Agüero en 2012, c’est typique de City. Sergio avait été mauvais pendant 93 minutes avant de nous sortir ce but. Mon but contre Leicester était plus important ? Non c’était le sien. Quand j’ai marqué contre Leicester, j’ai été très ému car c’était mon dernier match à l’Ethiad et je savais déjà que je partais. C’est quelque chose que je n’oublierai jamais. »

La somme récoltée lors de ce match de gala sera destinée à ’Tackle4MCR’, une initiative lancée par Kompany avec le bourgmestre de Manchester Andy Burnham pour aider les sans abris de la ville anglaise.

Les sélections pour mercredi

Légendes de Manchester City : Joe Hart, Costel Pantilimon, Vincent Kompany, Aleksandar Kolarov, Joleon Lescott, Micah Richards, Kolo Toure, Pablo Zabaleta, Richard Dunne, Gael Clichy, Nigel De Jong, Samir Nasri, Shaun Wright-Phillips, Stephen Ireland, Dietmar Hamann, James Milner, Craig Bellamy, Edin Dzeko, Mario Balotelli, Benjani.

Légendes de la Premier League : Edwin van der Sar, Shay Given, Phil Neville, Gary Neville, John O’Shea, Wes Brown, Paul Scholes, Nicky Butt, Michael Carrick, Ryan Giggs, Rafael van der Vaart, Cesc Fabregas, Thierry Henry, Robin van Persie.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  2. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

  3. Eden Hazard ne gardera pas un grand souvenir du Parc des Princes. @News

La chronique
  • Trump et la diplomatie du «deux poids deux mesures»

    Trump, s.v.p., sauvez Hong Kong », clament les protestataires de « la perle de l’Orient ». «Nous sommes derrière vous à 100%», déclare le vice-président américain Mike Pence au leader de l’opposition vénézuélienne Juan Guaido. Pour ceux qui combattent des régimes autoritaires, la tentation d’accepter de l’aide « d’où qu’elle vienne » est inévitable, mais le pari est risqué, car l’appui d’une puissance controversée, comme aujourd’hui l’Amérique de Donald Trump, peut compromettre ou contredire les valeurs de liberté et de patriotisme dont ils se réclament.

    Dans les pays qui ont été marqués par les ingérences étrangères, il ne faut jamais sous-estimer la force du ressentiment nationaliste, qui offre à leurs dirigeants un moyen de discréditer...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite