Accueil Société

Après la fusillade à Liège, la police sous le choc: «On n’en peut plus, ce n’est plus possible»

Alors que Maxime Pans, 33 ans, continue à lutter pour survivre, on en sait plus sur les circonstances du drame survenu à Jupille (Liège) lors d’une intervention policière qui devait être banale.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

La manière dont les choses se sont déroulées, ce lundi à 8 h 20 lors d’une intervention rue de Visé à Liège, face à la brasserie Jupiler, est plus claire. Une riveraine avait remarqué un trentenaire semblant s’assoupir au volant de son véhicule, dont le moteur était allumé, et le 100 a été appelé. Les ambulanciers ont demandé la présence de policiers pour assurer leur sécurité. Jean-Yves Discry, le conducteur, est sorti de son véhicule à la demande des policiers ; Maxime Pans et son binôme ont entrepris de le fouiller, face au mur du parking d’une banque.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Eric Lambot, mercredi 11 septembre 2019, 13:18

    Le nombre d'armes en circulation est à son minimum. On peut toujours faire plus mais on peut aussi renforcer la formation des policiers. Habitués à dominer dans des situations où ils ont affaire à des citoyens ordinaires et coopérants, ils ne donnent pas l'impression d'être prêts pour ce genre d'intervention. Les mains n'étaient pas visibles. Cependant pour moi, le plus scandaleux c'est que les policiers sont traités comme des criminels pour la mondre petite faute commise alors qu'ils doivent décider en une fraction de seconde dans des situations difficiles et tendues. Parfois face à des criminels qui n'ont plus rien à perdre ou dont la raison est altérée. Dès qu'il y a le moindre doute, hop, "Le dossier est mis à l'instruction", le policier présenté comme un coupable, il est suspendu le temps de l'enquête et les malfrats rigolent bien. Je ne dis pas qu'il faut l'impunité, je dis juste que c'est déséquilibré.

  • Posté par Coets Jean-jacques, mardi 10 septembre 2019, 22:46

    Effectivement, quand allons-nous prendre des mesures contre la circulation des armes en feu en Belgique ? Dans la mesure où, si je sais où m'adresser, il est facile de se procurer des armes pourquoi la justice et la police ne font-ils rien ? Il est plaisant de vilipender les Américains pour la vente quasi libre des armes à feu, mais si nous ne faisons rien contre la circulation illégale de ces mêmes armes, cela s'appelle de l'hypocrisie, et qui sait de la complicité !

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs