Johan Walem réagit aux débuts de Yari Verschaeren avec les Diables rouges: «Sans commentaires»

@News
@News

Johan Walem s’est contenté d’une courte réaction, laconique, sur les débuts de Yari Verschaeren, 18 ans, avec les Diables rouges lundi soir à Glasgow contre l’Ecosse (0-4). « Sans commentaires », a lâché le sélectionneur de l’équipe nationale Espoirs au micro de Proximus Sports avant sa rencontre contre la Bosnie-Herzégovine mardi soir en qualifications pour l’Euro 2021 Espoirs.

« Il me manque Verschaeren, Mangala et Vanheusden », a tout de même expliqué Johan Walem. Ce trio devrait encore jouer avec les Espoirs mais Yari Verschaeren a lui déjà été appelé par Roberto Martinez chez les Diables rouges tandis que Mangala et Vanheusden sont blessés.

« Ce sont trois pions importants de l’équipe et cela fait beaucoup. Je veux pouvoir sélectionner les meilleurs joueurs dans ma catégorie d’âge mais cela n’arrive malheureusement pas assez », a ajouté Johan Walem. « Cela donne une chance à d’autres joueurs. C’est unique de pouvoir jouer à ce niveau mais vous devez prester. Les nouveaux ont du talent mais je n’ai pas eu beaucoup de temps pour travailler avec eux. Cela aurait été mieux d’avoir un seul match durant cette fenêtre internationale mais c’est comme ça. »

Johan Walem avait déjà dû composer avec les absences de Dimata, Vanheusden et Vanlerberghe, trois joueurs majeurs, lors de l’Euro en Italie et Saint-Marin l’été dernier. Les Espoirs n’avaient pas pris le moindre point dans leur groupe et étaient revenus à la maison avec trois défaites.

Vendredi dernier, les Espoirs ont perdu leur premier match de qualification pour l’Euro 2021 sur le terrain du pays de Galles 1-0.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190426-3TL3EV 2019-04-26 15:06:39

    Win, une filiale de Nethys vendue depuis mai à François Fornieri

  2. Rajae Maouane veut porter le combat politique sur les réseaux sociaux.

    Le tandem Nollet-Maouane élu à la tête d’Ecolo: «On sent que les gens ont envie de passer à l’action»

  3. Elio Di Rupo reste président de parti, le temps d’organiser l’élection présidentielle. Paul Magnette pourra alors prendre le relais.

    PS: Di Rupo et Magnette, passage de témoin sous l’arc-en-ciel

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite