Gilets jaunes en France: un internaute condamné à une amende pour menaces envers Marlène Schiappa

Marlène Schiappa
Marlène Schiappa - Photo News

Le tribunal correctionnel de Compiègne (Oise) a condamné mardi un homme de 44 ans à 800 euros d’amende dont 400 avec sursis pour des commentaires postés sur un groupe Facebook public de « gilets jaunes » et menaçants envers la secrétaire d’Etat Marlène Schiappa, a-t-on appris auprès du parquet.

Le tribunal l’a déclaré coupable de provocation non suivie d’effet au crime ou délit par voie électronique et l’a également condamné à verser à la plaignante 150 euros de dommages et intérêts et 600 euros pour les frais d’avocat, a-t-on précisé de même source, confirmant des informations du Courrier Picard.

En janvier, cet internaute oisien, sans emploi, publie un commentaire sous un message qui évoque la volonté de la secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, d’identifier les donateurs de la cagnotte en faveur du boxeur Christophe Dettinger, rapporte le quotidien régional. Le prévenu écrit alors en commentaire « grosse putain, on va te couper la tête », puis concernant le président de la République Emmanuel Macron, à la place d’une démission, il propose : « une balle, c’est mieux ».

Le prévenu n’avait jamais été condamné auparavant et a affirmé n’avoir jamais participé à des manifestations en raison de ses problèmes de santé, selon le Courrier Picard. « Je me réjouis que ce type de propos soient condamnés », a réagi auprès de l’AFP l’avocat de Mme Schiappa, Me Eric Morain, pour qui il ne doit pas y avoir « d’impunité de clavier ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20200212-3YVA7Z 2020-02-12 17:32:02

    L’Europe a un plan pour gagner la 2e manche du numérique

  2. @Isopix

    Ligue des champions: Haaland met le PSG au pied du mur

  3. «
Un client a une rentabilité de 0,11
% sur son épargne, 5,9
% de rendement pour nos actionnaires, cela me paraît déjà pas mal
!», estime Marc Lauwers, CEO.

    Marc Lauwers: «Argenta continuera à offrir des services non rentables»

La chronique
  • Ecoles: que faire du cours de morale?

    C’est un enjeu dérisoire au regard de la marche du monde, mais il est révélateur des ambiguïtés de la politique belge, et plus précisément francophone.

    En vertu de l’article 24 de la Constitution, qui prolonge sur ce point le Pacte scolaire, les écoles publiques doivent offrir le choix entre l’enseignement d’une des religions reconnues et celui de la morale non confessionnelle. La création d’un cours de philosophie et citoyenneté n’a pas modifié cet état de fait : elle a seulement réduit l’horaire consacré à ces cours à une heure par semaine au lieu de deux.

    Le cours de morale non confessionnelle reste donc organisé. Or il se trouve que, au 1er septembre 2021, ses enseignants devraient détenir un « certificat en didactique du cours de morale non confessionnelle » pour exercer leur fonction. Ce certificat doit donc être mis en place, mais cela suppose de répondre au préalable à une question difficile : à quoi sert encore le cours de morale, aujourd’hui ?

    Lorsque l’on a commencé à...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: des acteurs qui tournent en rond dans une pièce sans portes ni fenêtres

    Le catch 22 est une situation paradoxale à laquelle un individu ne peut échapper en raison de règles ou de limitations contradictoires. Le terme a été inventé par Joseph Heller qui l’a utilisé dans son roman « 1961 Catch 22 », se référant à une règle de l’Air Force selon laquelle un pilote qui continue à mener des combats aériens sans demander d’être relevé est considéré comme fou, mais est jugé assez sain d’esprit pour continuer à voler dès lors qu’il fait cette requête. On pourrait aussi parler de solution kafkaïenne où...

    Lire la suite