Trump disposé à rencontrer le président iranien «sans conditions préalables»

Trump disposé à rencontrer le président iranien «sans conditions préalables»
Photo News

Donald Trump est toujours disposé à une rencontre «sans conditions préalables» avec son homologue iranien Hassan Rohani, selon des responsables américains qui ont annoncé mardi de nouvelles sanctions économiques contre Téhéran.

Cette annonce est intervenue quelques heures après le limogeage par le président américain de son conseiller à la sécurité nationale, John Bolton, un «faucon» de l’administration partisan d’une fermeté absolue sur le dossier iranien.

«Le président l’a dit clairement, il est prêt à une rencontre sans conditions préalables, mais nous maintenons la campagne de pression maximale», a dit le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche. «Bien sûr», a ajouté le secrétaire d’Etat Mike Pompeo, interrogé sur la possibilité d’une rencontre en marge de l’Assemblée générale de l’ONU à la fin du mois.

Les tensions entre les Etats-Unis et la République islamique, des ennemis historiques, sont exacerbées depuis le retrait de Washington en mai 2018 de l’accord international signé trois ans auparavant. Le texte, qui visait à empêcher l’Iran de se doter de l’arme nucléaire, était jugé trop laxiste par M. Trump.

Si les Etats-Unis ont depuis rétabli des sanctions draconiennes qui asphyxient l’économie iranienne, le magnat de l’immobilier souffle le chaud et le froid, entre extrême fermeté et volonté de négocier avec Téhéran. L’idée d’un dialogue direct avait resurgi fin août lors du G7 en France, où le milliardaire républicain avait évoqué la possibilité d’autoriser l’ouverture d’une «ligne de crédit» limitée à l’Iran.

Donald Trump avait estimé début septembre qu’un face-à-face avec Hassan Rohani était «possible» lors du grand rassemblement annuel des Nations unies à New York. Mais le président iranien avait auparavant conditionné une rencontre à la levée de toutes les sanctions contre son pays.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’expédition commence place Dumon, à Wolume-Saint-Pierre, avec le tram 39 – un vieux modèle.

    Le tour de Bruxelles en mobilité partagée: «Le Soir» a tenté l’expérience

  2. d-20190920-3W685Y 2019-09-20 08:13:25

    Nethys: une semaine de révélations dans «Le Soir»

  3. d-20190830-3VTLPV 2019-08-30 11:01:52

    Les racines élémentaires de Patrick Dewael: «Mon libéralisme doit tout à ma famille et à Verhofstadt»

La chronique
  • {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite