Météo: l’ouragan Dorian perturbe la Belgique

Météo: l’ouragan Dorian perturbe la Belgique
Belga

Une perturbation associée à une dépression située entre l’Islande et la Scandinavie (conséquence de l’ouragan Dorian) traversera la Belgique mercredi, annonce l’Institut royal météorologique (IRM) dans son bulletin météo. Une autre perturbation est par ailleurs attendue vendredi.

Mercredi, le ciel sera généralement très nuageux avec progressivement des périodes de faibles pluies ou de bruines à partir de l’ouest. Les maxima se situeront entre 15 degrés en Hautes-Fagnes et 18 ou 19 degrés en plaine, mais pourraient atteindre 20 ou 21 degrés sous quelques éclaircies locales. Le vent sera souvent modéré, et dans la région côtière parfois assez fort, de secteur sud-ouest, avec des rafales autour de 40 ou 50 km/h dans l’intérieur, et autour de 60 km/h à la Côte.

>> Les prévisions météo

Durant la nuit, il y aura assez bien de champs nuageux avec parfois quelques précipitations. Sur les sommets ardennais, la visibilité pourrait être réduite par les nuages bas. En fin de nuit, des éclaircies se développeront sur l’ouest du territoire. Les minima seront compris entre 12 et 16 degrés.

Jeudi, il fera d’abord très nuageux avec le risque d’un peu de pluie ou d’une ondée, principalement au sud du sillon Sambre et Meuse. Ailleurs, des éclaircies sont attendues. Dans le courant de la journée, le temps deviendra sec partout avec davantage de soleil depuis l’ouest. En soirée, la nébulosité augmentera à nouveau sur l’ouest du pays. Les maxima oscilleront entre 17 degrés sur les sommets de l’Ardenne à 22 ou 23 degrés dans le centre.

Vendredi, une faible perturbation traversera le pays du nord-ouest vers le sud-est, accompagnée de faibles pluies et quelques ondées. À l’arrière, on retrouvera un temps sec avec des éclaircies de plus en plus larges depuis le littoral l’après-midi. Les maxima seront de l’ordre de 19 à 21 degrés dans le centre du pays.

Samedi, le temps sera sec avec de belles périodes ensoleillées et des maxima compris entre 17 et 21 degrés.

Dimanche, il fera sec et ensoleillé avec des maxima autour de 24 degrés dans le centre.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Gordon Sondland, l’ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’Union européenne, a confirmé dans sa déclaration préliminaire avoir imposé un «
quiproquo (donnant donnant)
» aux autorités ukrainiennes, sur ordre exprès du président américain.

    Destitution: Gordon Sondland, un témoignage catastrophique pour Trump

  2. Un patient infecté qui suit correctement son traitement peut en effet devenir «indétectable» et ne plus représenter de danger d’infection.

    Sida: comment gagner la bataille de la bithérapie

  3. belgaimage-140898853-full

    Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

La chronique
  • Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

    Les médias sociaux sont de toutes les époques. C’est une des conclusions d’un livre remarquable du professeur d’histoire, Maarten Van Ginderachter, de l’université d’Anvers. Dans son ouvrage The everyday nationalism of workers (Le nationalisme quotidien des travailleurs), il explique que le quotidien socialiste gantois Vooruit avait lancé à la fin du dix-neuvième siècle un « denier de la lutte », une liste d’abonnements pour soutenir la presse socialiste. Ce qui est intéressant à propos de ces listes, c’est que les donateurs pouvaient compléter leur don par une brève déclaration, généralement des messages courts ou 1 à 5 lignes dans un langage très familier. Ces déclarations étaient publiées dans une section séparée, et dans le Vooruit. Elles représentèrent rapidement jusqu’à un quart de l’espace total de la copie, publiée au moins deux fois par semaine, contenant à chaque fois plusieurs dizaines de déclarations.

    Une propagande efficace...

    Lire la suite

  • Colonies israéliennes: Trump s’assied sur le droit international

    Donald Trump aime créer la surprise. Lundi soir, il a cependant laissé à son fidèle secrétaire d’État Mike Pompeo le soin d’annoncer urbi et orbi que les États-Unis, soudain, changeaient d’avis sur la question des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés. Désormais, l’administration américaine estime que ces colonies ne sont pas, ou plus, contraires au droit international. Le tableau pourrait presque faire sourire : un milliardaire devenu président de la plus grande puissance au monde se lève un beau matin, et décide...

    Lire la suite