Marie-Hélène Ska (CSC) : «Il est urgent de fixer un cap au fédéral»

Marie-Hélène Ska
Marie-Hélène Ska - René Breny

Pensions, salaires, digitalisation, transition écologique, sécurité sociale... Il est temps que les politiques se mettent au travail et fixent un «cap à suivre», estime mercredi la secrétaire générale de la CSC, Marie Hélène Ska, dans les colonnes de L’Echo et de L’Avenir.

Marie-Hélène Ska se prononce tout d’abord sur l’accord intervenu en Wallonie. «Nous sommes interpellés par l’idée d’investir 4 milliards d’euros sans dégager de moyens nouveaux», dit-elle dans L’Echo. L’absence de nouvelles taxes sous cette législature, il nous semble qu’il s’agit là d’un leitmotiv dont il va falloir sortir. Car les investissements sont nécessaires», renchérit-elle dans L’Avenir. Pour le syndicat chrétien, il faut rouvrir le débat sur la question des moyens, tant au niveau wallon qu’à l’échelon fédéral.

Au sujet des négociations fédérales, la secrétaire générale de la CSC souligne que le pays a besoin d’un gouvernement pour fixer le «cap à suivre» et réaliser des investissements. Principalement dans deux domaines: la digitalisation de l’économie et la transition écologique.

Les sujets des pensions et des salaires préoccupent par ailleurs les partenaires sociaux et ont besoin de solutions sans attendre, dit-elle.

Les informateurs, Didier Reynder et Johan Vande Lanotte poursuivent leur mission avec six partis, sans les écologistes.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191230-3Y1G9Z 2019-12-26 16:43:06

    Affaire Gabriel Matzneff: pourquoi a-t-on fait taire ceux qui se sont élevés contre l'écrivain?

  2. Pour Pierre Verdier, CEO de l’entreprise, le salariat est incompatible avec le modèle Deliveroo.

    Pierre Verdier au «Soir»: «Deliveroo ne pourrait plus couvrir que des zones très réduites»

  3. La princesse Diana, le 12 juin 1997.

    Archive: avant Harry, sa mère Lady Diana avait aussi perdu le statut d’altesse royale

La chronique
  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite