La Belgique sereine, la France et l’Allemagne sur leurs gardes: le premier bilan des qualifications pour l’Euro 2020

La Belgique sereine, la France et l’Allemagne sur leurs gardes: le premier bilan des qualifications pour l’Euro 2020
Photo News

La moitié des groupes ont joué six rencontres sur les dix, l’autre moitié en est à quatre ou cinq matches. Autant dire que, pour certaines nations, tout reste à faire. Si la Belgique, l’Italie ou l’Espagne sont proches de la qualification, des pays comme l’Allemagne, les Pays-Bas, la France ou encore le Portugal vont devoir batailler.

Groupe A

L’Angleterre est en tête de son groupe avec 12 points (et un match de moins) devant la République Tchèque (9 points) et le Kosovo (8 points). La qualification se jouera entre ces trois équipes compte tenu des deux petits points de la Bulgarie et du Montenegro.

Groupe B

L’Ukraine en tête du groupe B avec 13 points devra se méfier du Portugal (2e avec 8 points mais un match de moins) ainsi que de la Serbie qui complète pour l’instant le podium avec 7 points.

Groupe C

L’un des groupes les plus indécis avec l’Allemagne en tête suivie de l’Irlande du Nord (les deux équipes ont 12 points) et des Pays-Bas qui n’ont pas dit leur dernier mot (3e avec 9 points).

Les Nord-Irlandais, défaits par l’Allemagne lundi soir, vont affronter une nouvelle fois la Mannschaft et doivent encore jouer leur double confrontation face aux Bataves.

Groupe D

L’Irlande, le Danemark et la Suisse se tiennent dans un mouchoir de poche (respectivement 11 pts, 9 pts et 8 pts, avec un match de moins pour les Suisses).

Gibraltar et la Géorgie pourraient jouer les trouble-fêtes sans pour autant miser sur une qualification.

Groupe E

Tout semble encore possible dans le groupe E où la Croatie (10 pts), la Slovaquie (9 pts), la Hongrie (9 pts) et le pays de Galles (6 pts et un match de retard) sont au côte à côte alors que l’Azerbaïdjan n’a décroché qu’un petit point depuis le début des éliminatoires.

Groupe F

L’Espagne caracole en tête de son groupe avec un parcours sans faute (18 sur 18) alors que la Suède (11 pts), la Roumanie (10 pts) et la Norvège (9 pts) vont se battre pour la deuxième place en fin de parcours.

Groupe G

Sur les six équipes qui composent ce groupe, cinq peuvent toujours nourrir l’espoir d’une qualification directe. Même si, sans crier victoire trop rapidement, la Pologne semble promise à la tête du groupe au bout du compte.

Les Polonais sont en tête avec 13 pts, suivis de la Slovénie (11 pts), de l’Autriche (10 pts), de la Macédoine du Nord et d’Israël (8 pts).

Groupe H

Pourtant favorite sur papier (et championne du monde en titre), la France bataille dans le groupe H pour tenter de décrocher une qualification directe alors que Turquie avec 15 pts (comme la France) est pour l’instant en tête de son groupe.

L’Islande (12 pts) peut toujours rêver de la deuxième place alors que les chances sont plutôt minces pour l’Albanie (9 pts)

Groupe I

A l’image de l’Espagne, la Belgique signe un parcours parfait pour l’instant et pourra valider son ticket pour l’Euro 2020 avec un point supplémentaire.

Si la première place semble promise aux Diables rouges, la Russie devrait également décrocher son ticket avec la deuxième place (15 pts, huit de plus que le Kazakhstan).

Groupe J

L’Italie est le troisième pays des éliminatoires à faire un parcours sans faute au bout de six matchs.

La Finlande (12 pts), l’Arménie (9 pts) et la Bosnie-Herzégovine (7 pts) vont devoir tout donner dans la dernière ligne droite pour décrocher la deuxième place.

Le classement complet groupe par groupe.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190426-3TL3EV 2019-04-26 15:06:39

    Win, une filiale de Nethys vendue depuis mai à François Fornieri

  2. Rajae Maouane veut porter le combat politique sur les réseaux sociaux.

    Le tandem Nollet-Maouane élu à la tête d’Ecolo: «On sent que les gens ont envie de passer à l’action»

  3. Elio Di Rupo reste président de parti, le temps d’organiser l’élection présidentielle. Paul Magnette pourra alors prendre le relais.

    PS: Di Rupo et Magnette, passage de témoin sous l’arc-en-ciel

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite