Le PTB lance une loi d’initiative citoyenne pour obtenir une pension minimum à 1.500 euros

Le PTB a lancé mercredi une campagne en vue de récolter 100.000 signatures qui forceront le parlement fédéral à débattre d’une loi d’initiative citoyenne portant le montant minimum net des pensions à 1.500 euros par mois. Il avait choisi la symbolique Tour des pensions, à côté de la Gare du Midi, pour présenter sa proposition.

Approuvé au mois de mai à la Chambre, avant les élections, ce nouveau dispositif permet d’inscrire à l’ordre du jour de la Chambre une proposition de loi qui a reçu 25.000 signatures de citoyens issus des trois Régions (14.500 domiciliés en Flandre, 8.000 en Wallonie et 2.500 à Bruxelles).

Notre dossier sur les pensions

Actuellement, le montant moyen des pensions pour un homme est de 1.240 euros et de 989 euros pour une femme. «Dans un des pays les plus riches du monde, c’est un scandale. Le coût minimal d’une maison de repos en Belgique atteint 1.500 euros. L’Etat organise la pauvreté des pensionnés», a dénoncé le chef de groupe PTB à la Chambre, Raoul Hedebouw.

Mettre la pression au niveau fédéral

Le PTB a créé un site internet www.1500net.be où les partisans de la mesure peuvent signer la pétition. Il espère recueillir 100.000 signatures d’ici le mois de janvier. Il mènera campagne dans les semaines et mois à venir sur ce thème. De la sorte, il veut mettre également la pression sur les discussions en vue de former un gouvernement fédéral. L’engagement de porter le montant minimum de la pension légale à 1.500 euros figurait dans le programme de plusieurs partis et a été l’un des thèmes principaux de la campagne électorale, rappelle-t-il.

Le PTB dénonce l’écart entre les pensions belges et celles de ses voisins européens

«Certains partis, comme la N-VA, essaient de faire croire que le mandat donné par les électeurs, c’est de diviser le pays et les gens. C’est faux, le mandat donné par la population, c’est d’avoir une politique sociale. Les pensions ont été l’un des débats majeurs de la campagne», a souligné Hedebouw.

La mesure coûterait 2,8 milliards d’euros. Le parti communiste la juge tout à fait finançable. Il avance quatre pistes: une taxe des millionnaires, une meilleure lutte contre la fraude et l’évasion fiscales, le soutien à la création d’emplois qui donnent lieu au paiement de cotisations sociales et la lutte contre les remises systématiques de cotisations sociales accordées aux entreprises.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190426-3TL3EV 2019-04-26 15:06:39

    Win, une filiale de Nethys vendue depuis mai à François Fornieri

  2. Rajae Maouane veut porter le combat politique sur les réseaux sociaux.

    Le tandem Nollet-Maouane élu à la tête d’Ecolo: «On sent que les gens ont envie de passer à l’action»

  3. Elio Di Rupo reste président de parti, le temps d’organiser l’élection présidentielle. Paul Magnette pourra alors prendre le relais.

    PS: Di Rupo et Magnette, passage de témoin sous l’arc-en-ciel

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite