Le PTB lance une loi d’initiative citoyenne pour obtenir une pension minimum à 1.500 euros

Le PTB a lancé mercredi une campagne en vue de récolter 100.000 signatures qui forceront le parlement fédéral à débattre d’une loi d’initiative citoyenne portant le montant minimum net des pensions à 1.500 euros par mois. Il avait choisi la symbolique Tour des pensions, à côté de la Gare du Midi, pour présenter sa proposition.

Approuvé au mois de mai à la Chambre, avant les élections, ce nouveau dispositif permet d’inscrire à l’ordre du jour de la Chambre une proposition de loi qui a reçu 25.000 signatures de citoyens issus des trois Régions (14.500 domiciliés en Flandre, 8.000 en Wallonie et 2.500 à Bruxelles).

Notre dossier sur les pensions

Actuellement, le montant moyen des pensions pour un homme est de 1.240 euros et de 989 euros pour une femme. «Dans un des pays les plus riches du monde, c’est un scandale. Le coût minimal d’une maison de repos en Belgique atteint 1.500 euros. L’Etat organise la pauvreté des pensionnés», a dénoncé le chef de groupe PTB à la Chambre, Raoul Hedebouw.

Mettre la pression au niveau fédéral

Le PTB a créé un site internet www.1500net.be où les partisans de la mesure peuvent signer la pétition. Il espère recueillir 100.000 signatures d’ici le mois de janvier. Il mènera campagne dans les semaines et mois à venir sur ce thème. De la sorte, il veut mettre également la pression sur les discussions en vue de former un gouvernement fédéral. L’engagement de porter le montant minimum de la pension légale à 1.500 euros figurait dans le programme de plusieurs partis et a été l’un des thèmes principaux de la campagne électorale, rappelle-t-il.

Le PTB dénonce l’écart entre les pensions belges et celles de ses voisins européens

«Certains partis, comme la N-VA, essaient de faire croire que le mandat donné par les électeurs, c’est de diviser le pays et les gens. C’est faux, le mandat donné par la population, c’est d’avoir une politique sociale. Les pensions ont été l’un des débats majeurs de la campagne», a souligné Hedebouw.

La mesure coûterait 2,8 milliards d’euros. Le parti communiste la juge tout à fait finançable. Il avance quatre pistes: une taxe des millionnaires, une meilleure lutte contre la fraude et l’évasion fiscales, le soutien à la création d’emplois qui donnent lieu au paiement de cotisations sociales et la lutte contre les remises systématiques de cotisations sociales accordées aux entreprises.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20161121-GC9521 2020-01-18 14:54:13

    Emir Kir exclu du PS: les conséquences au fédéral et à Saint-Josse

  2. Les CPAS des grandes villes continuent à délivrer de nombreuses aides parce que la pauvreté s’y concentre.

    Quand les CPAS wallons aggravent la précarité

  3. Aux yeux de la Reine, la seule solution possible à la crise provoquée par la décision du couple de renoncer aux obligations royales était une séparation brutale mais claire.

    Epilogue Harry-Meghan: la Reine, William et Kate sont les grands gagnants

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite