Fédération Wallonie-Bruxelles: victoires et déceptions pour les universités, vigilantes sur la mise en œuvre de l’accord

Fédération Wallonie-Bruxelles: victoires et déceptions pour les universités, vigilantes sur la mise en œuvre de l’accord
Belga

Les universités semblaient plutôt mitigées mercredi quant au contenu de l’accord de gouvernement pour la Fédération Wallonie-Bruxelles, dont l’enseignement représente la plus grande compétence. Si elles saluent quelques avancées, elles pointent aussi des déceptions et attendent surtout de voir comment les intentions de la coalition PS-MR-Ecolo seront réalisées.

Si du côté de l’Université libre de Bruxelles, on estime qu’il est encore «trop tôt pour se prononcer» sur les résolutions affichées du futur gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, à Liège, on reconnaît déjà quelques avancées.

Trois universités belges dans le top 200 des meilleures du monde

«La déclaration comprend des choses très intéressantes, certains messages ont été entendus», se réjouit Pierre Wolper, recteur de l’Université de Liège. «La mise en œuvre sera cruciale», prévient-il.

S’il se réjouit de l’annonce d’un refinancement de l’enseignement supérieur, il s’interroge toutefois sur les modalités. «Le refinancement sera-t-il annuel ou étalé sur plusieurs années? «, se demande-t-il. Vincent Blondel, recteur de l’Université catholique de Louvain (UCLouvain), regrette lui «le faible niveau annoncé» du refinancement, un montant de 50 millions d’euros ayant été évoqué. «Le Conseil des recteurs était demandeur d’un refinancement de 300 millions d’euros, à répartir sur deux législatures, pour revenir au niveau de financement par étudiant de 2009», rappelle-t-il.

Le recteur de l’UCLouvain applaudit cependant l’évaluation annoncée du décret paysage, qui a redessiné l’enseignement supérieur en 2013. «Il faut le faire évoluer de manière significative», plaide-t-il, alors qu’il estime que «les contraintes du décret font peser une lourde charge sur le personnel» et restreignent l’autonomie des universités.

Autre élément de satisfaction: le report d’un an de la formation des enseignants. «Cette décision est bienvenue car c’était très difficile» à mettre en place, souligne Pierre Wolper, qui attend toutefois de voir comment elle va se concrétiser. «Le report est une sage décision», renchérit Vincent Blondel, qui souligne que des équipes ont travaillé «d’arrache-pied» pendant les vacances pour tenter de mettre en place cette réforme dans les temps.

Le recteur de l’ULiège salue également la volonté affichée d’alléger les contraintes administratives qui pèsent sur les universités, mais celui de l’UCLouvain a «le sentiment que beaucoup de mesures vont au contraire amener des contraintes et obligations supplémentaires». Il attend du gouvernement qu’il accorde plus de confiance et d’autonomie aux institutions académiques.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190426-3TL3EV 2019-04-26 15:06:39

    Win, une filiale de Nethys vendue depuis mai à François Fornieri

  2. Rajae Maouane veut porter le combat politique sur les réseaux sociaux.

    Le tandem Nollet-Maouane élu à la tête d’Ecolo: «On sent que les gens ont envie de passer à l’action»

  3. Elio Di Rupo reste président de parti, le temps d’organiser l’élection présidentielle. Paul Magnette pourra alors prendre le relais.

    PS: Di Rupo et Magnette, passage de témoin sous l’arc-en-ciel

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite