Affaire Epstein: un appel à témoins lancé en France

Jeffrey Epstein
Jeffrey Epstein - Reuters

Un appel à témoins a été lancé mercredi dans le cadre des investigations françaises sur le scandale Epstein d’abus sexuels sur mineurs, alors que trois femmes ont été récemment entendues par les enquêteurs, a annoncé le parquet de Paris.

Cet appel, diffusé sur Twitter par l’Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP), concerne «toute victime ou témoin» qui souhaiterait «contacter le service d’enquête» afin d’être entendu, est-il précisé.

Il survient alors que trois femmes se sont d’ores et déjà manifestées auprès de la justice française et «ont été auditionnées par les enquêteurs les 27 août, 3 et 9 septembre», indique le parquet.

Alerté sur de potentielles victimes françaises, le parquet a ouvert en août une enquête pour «viols» et «agressions sexuelles», notamment sur mineures, dans le cadre de l’enquête sur le financier américain Jeffrey Epstein, poursuivi aux Etats-Unis avant son suicide en prison en juillet.

Les enquêteurs s’intéressent notamment au rôle joué par l’agent de mannequins français Jean-Luc Brunel, ancien proche de Jeffrey Epstein, accusé de viols par plusieurs anciens top models.

Dans un courrier adressé au procureur de la République de Paris Rémy Heitz, que l’AFP a pu consulter, l’une d’elles, entendue lundi par les enquêteurs, affirme avoir été droguée et violée par Brunel dans un appartement parisien au début des années 1990 alors qu’elle était tout juste majeure.

Selon le récit de cette Néerlandaise de 46 ans, plusieurs mannequins vivaient dans ce logement situé avenue Hoche, près des Champs-Elysées, et des réceptions y étaient organisées «quotidiennement» avec «de riches hommes d’affaires qui étaient accompagnés de très jeunes filles».

Raid du FBI sur une île appartenant à Epstein dans les Caraïbes

Le nom de Jean-Luc Brunel, fondateur des agences de mannequins Karin Models et MC2 Model Management, apparaissait déjà dans la procédure américaine. Une des principales plaignantes, Virginia Giuffre, a affirmé avoir été forcée à avoir des rapports sexuels avec Brunel.

Dans une première procédure aux Etats-Unis close en 2007, deux femmes l’avaient déjà accusé de jouer le rôle de rabatteur pour Jeffrey Epstein, amenant aux Etats-Unis des «jeunes filles» venues de milieux modestes en leur faisant miroiter des jobs dans le mannequinat.

Jean-Luc Brunel n’a pu être joint par l’AFP.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190426-3TL3EV 2019-04-26 15:06:39

    Win, une filiale de Nethys vendue depuis mai à François Fornieri

  2. Rajae Maouane veut porter le combat politique sur les réseaux sociaux.

    Le tandem Nollet-Maouane élu à la tête d’Ecolo: «On sent que les gens ont envie de passer à l’action»

  3. Elio Di Rupo reste président de parti, le temps d’organiser l’élection présidentielle. Paul Magnette pourra alors prendre le relais.

    PS: Di Rupo et Magnette, passage de témoin sous l’arc-en-ciel

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite