A Belgrade, ils se battent pour extirper de l’oubli un camp nazi (photos)

A Belgrade, ils se battent pour extirper de l’oubli un camp nazi (photos)
AFP

Seul un pont les sépare du centre historique de Belgrade: parmi les joggeurs qui courent le long de la Save, peu ont conscience de longer ce qui fut un camp de concentration nazi, au coeur de la ville.

«A chaque fois que je viens ici, je me sens mal.» Estera Bajer est née en 1942 dans ce camp de Staro Sajmiste, quelques minutes avant d’en être exfiltrée, dissimulée dans un sac, échappant ainsi au sort de sa mère et de presque 7.000 femmes, enfants et vieillards juifs assassinés. Les hommes avaient déjà été abattus, pour la plupart par balles, sur un site excentré de la capitale serbe.

AFP

Quelque 30.000 opposants, partisans et travailleurs forcés ont ensuite succédé aux juifs dans les pavillons de détention de Staro Sajmiste, jusqu’à la fin de la Deuxième guerre mondiale. Au moins 10.000 y sont morts de torture et de maladie.

Rescapée, Estera Bajer a passé trois ans dans un orphelinat avant d’être adoptée par des proches après la guerre. A 77 ans, elle n’a plus qu’un souhait: «que les nouvelles générations puissent voir ce qui est arrivé ici» et qu’un mémorial soit enfin inauguré sur le site d’où émerge de la végétation, là où dominait autrefois la tour centrale du camp.

AFP

Elle tombe en ruines, tout près de jeux d’enfant et de linge mis à sécher par des riverains. Une famille rom en a été expulsée il y a quelques années, mais de nouveaux squatteurs s’y sont installés selon des voisins.

Dans le bâtiment qui servait de morgue, il y a un restaurant. Un homme d’affaires, Miodrag Krsmanovic, a racheté l’ancienne infirmerie au gouvernement dans les années 1980 et y a ouvert une boîte de nuit, un club de sport et un restaurant.

AFP

L’an passé, il a voulu fonder un jardin d’enfants, prônant «un nouveau départ pour toute la zone», explique-t-il à l’AFP. Mais il a reculé face au scandale, certains l’accusant d’un manque de respect pour les victimes d’autrefois.

Longtemps, il n’y a eu qu’une petite plaque commémorative, en haut de quelques marches envahies par les herbes, qui ne spécifiait pas qu’il y avait eu des victimes juives. Dans les années 1990, un monument plus imposant a été érigé. Mais il n’y a toujours aucun mémorial en tant que tel.

AFP

«Il n’y a aucune explication. Je ne peux l’expliquer», soupire Robert Sabados, président de la Fédération des communautés juives de Serbie.

«Peut-être que (durant l’ère communiste yougoslave) nous avons collectivement essayé d’oublier ce qui s’est passé ici (...) Tout le monde était dans l’état d’esprit de bâtir quelque chose de nouveau, de mieux, de se dire que ce qui s’était passé appartenait à l’histoire, était mauvais, qu’il fallait essayer d’oublier», dit Robert Sabados.

«Impossible de savoir qu’il y a eu là un camp de concentration», se désole Estera Bajer.

Comment le camp de Staro Sajmiste a-t-il pu disparaître de la mémoire collective ?

«C’est exactement le genre de questions qui me trouble depuis le début», a dit Jovan Byford, un historien serbo-britannique qui a travaillé sur l’histoire de ce camp. Le régime communiste de Tito s’est empressé de mettre sous le tapis les sujets qui fâchent, notamment ceux susceptibles de nourrir les divisions nationales entre peuples de la nouvelle fédération.

A la chute du communisme, l’histoire du camp a refait surface. Mais le projet de mémorial est resté un serpent de mer, faute de fonds et de volonté politique. Cet été, le président Aleksandar Vucic a admis «des erreurs» sur ce sujet et promis des «progrès plus rapides» à l’avenir. Une loi concernait l’aménagement du site est en préparation.

Sur le même sujet
JudaïsmeHistoireFamille
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. COP25 à Madrid

    COP25: un échec pour le multilatéralisme et pour le climat

  2. «
Il est temps maintenant d’arrêter les postures disant qu’on veut bien négocier mais qu’on ne négocie pas réellement.
» © Mathieu Golinvaux.

    Sabine Laruelle (MR): «PS et N-VA doivent tomber les masques»

  3. Anna Karina, en 2018.

    Anna Karina, première muse de Godard, ne chantera plus sous le soleil

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite