Le Standard organise une journée portes ouvertes pour ses supporters handicapés: plus de 1.000 personnes au rendez-vous

Le Standard organise une journée portes ouvertes pour ses supporters handicapés: plus de 1.000 personnes au rendez-vous
Photo News

C’est sous des applaudissements nourris et chaleureux que les joueurs du Standard de Liège sont montés sur le terrain d’entraînement mercredi matin à l’Académie Robert Louis-Dreyfus. A l’initiative du club de Sclessin et de l’Association pour une Vie de Qualité (AViq), 1.030 personnes en situation de handicap et leurs accompagnateurs avaient pris place dans la petite tribune du terrain synthétique.

C’est la huitième fois que le Standard organise cette journée portes ouvertes exclusivement dédiée à ses supporters handicapés.

« Après l’entraînement ouvert, le moment de partage, c’est la séance de dédicaces et de photos », dit Doriane Routiaux, community manager du Standard. « Ils descendent ensuite vers le stade pour un lunch, une visite des installations (la T4, les vestiaires, le couloir des joueurs, le dug-out, les fresques de la T3) et un passage par le fan shop. »

Cette initiative recueille un succès sans cesse grandissant et, pour la première fois, la barre des mille participants a été franchie.

« Cela fait de nombreuses années, que nous offrons des places pour les matches au Standard, au Sporting de Charleroi et à l’Excel Mouscron », dit Jean-Louis Maniquet, de l’AViq. « Mais avec une limite de 30 places par rencontres, il y a inévitablement des frustrations. C’est pourquoi, avec le Standard, nous avons mis cette journée au point. »

Une journée dont les participants rêvent pendant des semaines avant et parlent pendant des semaines après. « Ils connaissent les chants, ils ont des calicots, des maillots, des écharpes. On les appelle ’Les supporters extraordinaires’. Des joueurs nous ont avoué que, pour eux aussi, cette visite constitue un fameux adjuvant. Traditionnellement, elle avait toujours lieu lors des playoffs mais la saison dernière, nous n’avions pas trouvé de date adéquate. »

Actuellement seul en tête du championnat, le Standard se rend à Ostende samedi à 18h à l’occasion de la 7e journée de Jupiler Pro League.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • 10852206-044

    Par Benjamin Helson

    Charleroi

    Charleroi-Malines reporté: Mehdi Bayat espère faire réviser la règle

  • PHOTONEWS_10841091-042

    Par Didier Schyns

    Standard

    Standard: Moussa Sissako pour relayer Dimitri Lavalée

  • SOCCER JPL D23 CERCLE BRUGGE VS ANDERLECHT (2)

    Par Stéphane Vande Velde

    Anderlecht

    D1A: un succès miraculeux pour Anderlecht au Cercle

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. FILES-CRASH-HELICOPTER-KOBE-BRYANT (2)

    Décès de Kobe Bryant: le Black Mamba ne mordra plus

  2. Il y a une semaine, Georges-Louis Bouchez offrait des fleurs au Roi Philippe, pour l’anniversaire de Mathilde.

    Coalition fédérale: Magnette recale l’idée d’un duo royal avec De Wever

  3. 83090060_855752328196826_8677988821796651008_n

    Brexit: il y a 47 ans, les Britanniques rejoignaient les Européens sans fanfare

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Vraiment, nous vivons en de sombres temps

    Auschwitz, il y a 75 ans. Si une angoisse particulière s’ajoute cette fois, c’est que cette commémoration a des allures de paratonnerre. Comme si, en dénonçant à nouveau les horreurs innommables que des hommes ont pu faire subir à d’autres hommes, on tentait de conjurer le sort pour, si pas le présent, du moins un futur peut-être proche.

    « J’aimerais pouvoir assurer que nous, les Allemands, avons appris de l’Histoire une fois pour toutes. Mais je ne peux dire cela alors que la haine se répand....

    Lire la suite