Le Standard organise une journée portes ouvertes pour ses supporters handicapés: plus de 1.000 personnes au rendez-vous

Le Standard organise une journée portes ouvertes pour ses supporters handicapés: plus de 1.000 personnes au rendez-vous
Photo News

C’est sous des applaudissements nourris et chaleureux que les joueurs du Standard de Liège sont montés sur le terrain d’entraînement mercredi matin à l’Académie Robert Louis-Dreyfus. A l’initiative du club de Sclessin et de l’Association pour une Vie de Qualité (AViq), 1.030 personnes en situation de handicap et leurs accompagnateurs avaient pris place dans la petite tribune du terrain synthétique.

C’est la huitième fois que le Standard organise cette journée portes ouvertes exclusivement dédiée à ses supporters handicapés.

« Après l’entraînement ouvert, le moment de partage, c’est la séance de dédicaces et de photos », dit Doriane Routiaux, community manager du Standard. « Ils descendent ensuite vers le stade pour un lunch, une visite des installations (la T4, les vestiaires, le couloir des joueurs, le dug-out, les fresques de la T3) et un passage par le fan shop. »

Cette initiative recueille un succès sans cesse grandissant et, pour la première fois, la barre des mille participants a été franchie.

« Cela fait de nombreuses années, que nous offrons des places pour les matches au Standard, au Sporting de Charleroi et à l’Excel Mouscron », dit Jean-Louis Maniquet, de l’AViq. « Mais avec une limite de 30 places par rencontres, il y a inévitablement des frustrations. C’est pourquoi, avec le Standard, nous avons mis cette journée au point. »

Une journée dont les participants rêvent pendant des semaines avant et parlent pendant des semaines après. « Ils connaissent les chants, ils ont des calicots, des maillots, des écharpes. On les appelle ’Les supporters extraordinaires’. Des joueurs nous ont avoué que, pour eux aussi, cette visite constitue un fameux adjuvant. Traditionnellement, elle avait toujours lieu lors des playoffs mais la saison dernière, nous n’avions pas trouvé de date adéquate. »

Actuellement seul en tête du championnat, le Standard se rend à Ostende samedi à 18h à l’occasion de la 7e journée de Jupiler Pro League.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190426-3TL3EV 2019-04-26 15:06:39

    Win, une filiale de Nethys vendue depuis mai à François Fornieri

  2. Rajae Maouane veut porter le combat politique sur les réseaux sociaux.

    Le tandem Nollet-Maouane élu à la tête d’Ecolo: «On sent que les gens ont envie de passer à l’action»

  3. Elio Di Rupo reste président de parti, le temps d’organiser l’élection présidentielle. Paul Magnette pourra alors prendre le relais.

    PS: Di Rupo et Magnette, passage de témoin sous l’arc-en-ciel

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite