Photovoltaïque: le régulateur wallon pour l’Énergie s’oppose au report du tarif prosumer en 2025

Photovoltaïque: le régulateur wallon pour l’Énergie s’oppose au report du tarif prosumer en 2025
Belga

Après avoir parcouru les grandes lignes de l’accord présenté lundi par le PS, le MR et Ecolo en vue de la formation du prochain gouvernement régional, la CWaPE, le régulateur wallon du secteur de l’énergie, se félicite « des nombreux points convergents » en matière notamment de transition énergétique, de développement des réseaux ou encore de tarification tout en regrettant le report du ’tarif prosumer’.

« La CWaPE se réjouit de pouvoir contribuer activement au suivi et à la mise en œuvre de ces réelles opportunités en matière, entre autres, de stockage collectif, de communautés d’énergie et de gestion active de la demande », précise-t-elle.

Le régulateur regrette toutefois le report au 1er janvier 2025 du tarif prosumer, ce prélèvement annuel forfaitaire qu’il entendait imposer dès 2020 aux ménages propriétaires de panneaux photovoltaïques.

« Nous constatons une évolution quant à la perception politique de la pertinence de ce tarif puisqu’il n’est à présent plus question d’une volonté d’en exonérer définitivement l’ensemble des installations existantes mais de décider de le reporter de cinq ans. Mais nous continuons de penser qu’une entrée en vigueur de ce tarif au 1er janvier 2020 renforcerait l’équité vis-à-vis de tous les citoyens wallons qui n’ont pas de panneaux photovoltaïques et qui sont de facto les seuls clients résidentiels à financer le réseau », rappelle le régulateur.

« À défaut, une charge importante continuera à être supportée dans les années à venir par ces citoyens qui sont sans panneaux, parfois parce qu’ils en ont fait le choix, mais parfois aussi parce qu’ils sont locataires, propriétaires d’appartements ou de maisons aux toits mal orientés », ajoute-t-il en regrettant par ailleurs « les conflits de compétences que ce projet soulève et la période d’instabilité et d’incertitude pour l’ensemble du secteur qu’il génère ».

Le régulateur soutient par contre le souhait de permettre aux citoyens d’être de vrais acteurs de la transition énergétique, qui est souligné dans la déclaration de politique régionale. Ceci dit, « cette implication pourrait être récompensée autrement que par une exonération du tarif prosumer, par exemple, dans le cadre des compétences de la CWaPE, à travers la mise en place de signaux tarifaires innovants et dynamiques qui permettent un bon fonctionnement du réseau et un accueil accru des productions renouvelables », conclut-il.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190426-3TL3EV 2019-04-26 15:06:39

    Win, une filiale de Nethys vendue depuis mai à François Fornieri

  2. Rajae Maouane veut porter le combat politique sur les réseaux sociaux.

    Le tandem Nollet-Maouane élu à la tête d’Ecolo: «On sent que les gens ont envie de passer à l’action»

  3. Elio Di Rupo reste président de parti, le temps d’organiser l’élection présidentielle. Paul Magnette pourra alors prendre le relais.

    PS: Di Rupo et Magnette, passage de témoin sous l’arc-en-ciel

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite