Brexit: le Royaume-Uni permettra aux étudiants étrangers de rester deux ans après leur diplôme

Brexit: le Royaume-Uni permettra aux étudiants étrangers de rester deux ans après leur diplôme

Le Royaume-Uni permettra aux étudiants étrangers de rester deux ans sur son territoire une fois leur diplôme obtenu, afin de retenir les « meilleurs talents » après le Brexit, a annoncé mercredi le gouvernement britannique.

Il s’agit ainsi de « recruter et garder les meilleurs talents internationaux », mais également de favoriser de « futures avancées dans les sciences, la technologie, la recherche », a déclaré la ministre des Entreprises et de l’Industrie Andrea Leadsom à la radio BBC.

« Nous prévoyons d’augmenter le nombre des étudiants étrangers de 30 %, pour arriver à 600.000 d’ici à 2030 », a précisé Mme Leadsom, « et l’un des moyens d’y parvenir est de leur permettre de travailler deux ans après l’obtention de leur diplôme car c’est dans l’intérêt du Royaume-Uni d’attirer les meilleurs et les plus brillants du monde entier ».

La ministre a insisté sur « l’ambition » de son pays après le Brexit : « en quittant l’Union européenne, ce sera au gouvernement de définir notre politique migratoire », a-t-elle poursuivi, soulignant que « plutôt que d’être ouvert à la seule libre circulation avec l’UE, le Royaume-Uni va pouvoir profiter d’un vivier de talents mondial. C’est pour nous un avantage formidable ».

Actuellement, les étudiants étrangers peuvent rester jusqu’à quatre mois après la fin de leur parcours. Les nouvelles règles doivent entrer en vigueur pour les étudiants qui commenceront leur cursus l’année prochaine.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. parlement (3)

    Les ex-députés fédéraux se ruent vers les indemnités de sortie

  2. NETHYS

    Nethys: après le grand déballage, des questions en suspens

  3. pluie_0

    Woody Allen au «Soir»: «Tant que je pourrai tourner, je le ferai partout où je peux»

La chronique
  • Réchauffement climatique: la faillite de la démocratie

    Avec les manifestations des jeunes pour le climat, au printemps, certains ont cru que la démocratie allait faire la preuve de son efficacité en matière environnementale. Après des décennies d’aveuglement, d’errance ou d’atermoiement, la priorité climatique, au moins, serait propulsée en tête de tous les agendas politiques, en particulier en Europe avec le scrutin du 26 mai.

    Un thème qui peine à s’imposer

    Les écologistes ont fait des percées remarquables dans certains pays, mais ils n’ont obtenu que 10 % des sièges au Parlement européen, comme si les citoyens ne se résolvaient pas à placer l’environnement en tête de leurs préoccupations malgré le matraquage médiatique sur la question du climat. Il est vrai que les Verts n’ont plus le monopole...

    Lire la suite

  • Nethys: le départ de Stéphane Moreau ne règle pas tout, loin de là

    Et voilà, c’est fait ! La Wallonie a la réponse à la question la plus souvent posée depuis trois ans : « Quand Stéphane Moreau va-t-il quitter la direction de la société liégeoise Nethys ? » Lundi, le président du conseil d’administration Pierre Meyers n’a pas tourné autour du pot : « Vous voulez savoir ? Eh bien on va vous le dire ! En termes crus, quand les opérations de privatisation seront accomplies, il ne sera plus là. On met fin à son contrat sans indemnité, sans parachute et sans...

    Lire la suite