Accueil Léna

Sevmi Tharuka Fernando: «Le racisme fait plus de mal à ma mère qu’à moi»

Finaliste du concours Miss Italia, dont elle a fini troisième, et cible d’attaques en raison de sa couleur de peau, la jeune femme née à Padoue de parents cingalais s’exprime suite à la publication de messages la qualifiant de « beauté non italienne ».

Avec LéNA, retrouvez le meilleur du journalisme européen.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Vêtue d’un legging noir et d’un t-shirt turquoise orné d’une broche ronde indiquant le numéro 62, Sevmi Tharuka Fernando se présente à nous avec les cheveux crêpés et attachés. Délicate et dotée d’une élégance toute naturelle, elle affiche un sourire qui illumine tout son visage : « On s’assied ici ? » Au Palais des sports de Jesolo (Venise) qui a accueilli le concours de Miss Italia, l’atmosphère est détendue.

Agée de 20 ans et victime d’attaques en raison de sa couleur de peau, cette jeune femme de Padoue aux origines cingalaises est une sublime représentante de l’Italie multiethnique. « Je ne me suis jamais sentie discriminée, je me sens très italienne. Je suis triste, car toutes ces insultes ont fait souffrir ma mère », explique-t-elle avec douceur.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en LéNA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs