Gouvernement wallon: les associations de défense des droits humains mitigées sur le commerce des armes

Photo d’illustration
Photo d’illustration - AFP

La Coordination nationale d’action pour la paix et la démocratie (CNAPD) et la Ligue des droits humains (LDH) se disent mitigées mercredi sur les dispositions concernant le secteur de l’armement comprises dans l’accord de gouvernement wallon. Si elles saluent des avancées, «pour la première fois depuis longtemps», elles déplorent notamment que les licences d’exportation d’armes en cours ne soient pas suspendues.

«Le simple fait qu’il y ait des avancées est très positif», souligne Manuel Lambert, conseiller juridique auprès de la LDH. «C’est la première fois depuis longtemps.»

Il applaudit le respect du décret wallon de 2012, «ce qui signifie que la Wallonie n’exportera plus vers des pays qui violent le droit humanitaire». Lambert glisse qu’il est toutefois «incroyable» de devoir écrire dans une déclaration de politique régionale qu’un décret va être respecté.

Cependant, tant la CNAPD que la LDH déplorent que cela ne s’applique pas aux licences d’exportation d’armes déjà octroyées. Elles décrient depuis longtemps les licences accordées à l’Arabie saoudite, régime pointé du doigt pour sa violation des droits fondamentaux. Le pays est également soupçonné d’utiliser des armes belges dans le conflit au Yémen.

«Nous sommes étonnés car le Conseil d’Etat nous a donné raison en juin sur l’illégalité des licences», pointe Samuel Legros, porte-parole du CNAPD. La Haute juridiction avait annulé une série de licences d’exportation octroyées à la FN Herstal et à CMI, faute notamment d’un examen minutieux de la question des droits fondamentaux au royaume wahhabite.

L’association belge militant pour la paix et la démocratie en espérait plus alors que «les négociations gouvernementales semblaient coincer sur le point de l’armement. Nous espérions qu’au moins un partenaire tienne bon», déplore Legros. «Nous allons poursuivre nos actions en justice car l’accord de gouvernement ne nous donne pas l’impression que nous avons été entendus», prévient-il.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pierre-Yves Dermagne

    Ventes de Voo et de Win: Enodia et Nethys ont cinq jours ouvrables pour répondre au ministre

  2. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  3. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite