Gouvernement wallon: les associations de défense des droits humains mitigées sur le commerce des armes

Photo d’illustration
Photo d’illustration - AFP

La Coordination nationale d’action pour la paix et la démocratie (CNAPD) et la Ligue des droits humains (LDH) se disent mitigées mercredi sur les dispositions concernant le secteur de l’armement comprises dans l’accord de gouvernement wallon. Si elles saluent des avancées, «pour la première fois depuis longtemps», elles déplorent notamment que les licences d’exportation d’armes en cours ne soient pas suspendues.

«Le simple fait qu’il y ait des avancées est très positif», souligne Manuel Lambert, conseiller juridique auprès de la LDH. «C’est la première fois depuis longtemps.»

Il applaudit le respect du décret wallon de 2012, «ce qui signifie que la Wallonie n’exportera plus vers des pays qui violent le droit humanitaire». Lambert glisse qu’il est toutefois «incroyable» de devoir écrire dans une déclaration de politique régionale qu’un décret va être respecté.

Cependant, tant la CNAPD que la LDH déplorent que cela ne s’applique pas aux licences d’exportation d’armes déjà octroyées. Elles décrient depuis longtemps les licences accordées à l’Arabie saoudite, régime pointé du doigt pour sa violation des droits fondamentaux. Le pays est également soupçonné d’utiliser des armes belges dans le conflit au Yémen.

«Nous sommes étonnés car le Conseil d’Etat nous a donné raison en juin sur l’illégalité des licences», pointe Samuel Legros, porte-parole du CNAPD. La Haute juridiction avait annulé une série de licences d’exportation octroyées à la FN Herstal et à CMI, faute notamment d’un examen minutieux de la question des droits fondamentaux au royaume wahhabite.

L’association belge militant pour la paix et la démocratie en espérait plus alors que «les négociations gouvernementales semblaient coincer sur le point de l’armement. Nous espérions qu’au moins un partenaire tienne bon», déplore Legros. «Nous allons poursuivre nos actions en justice car l’accord de gouvernement ne nous donne pas l’impression que nous avons été entendus», prévient-il.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite