Accueil Culture

Le festival d’Avignon démarre sans véritable passion

Si les salles du Festival sont pleines, la grande foule n’est pas encore au rendez-vous. Fleur Pellerin, ministre de la culture française est partout. Joëlle Milquet, sa collègue belge, n’a pas pu faire le déplacement.

Article réservé aux abonnés
Chef adjoint au service Culture Temps de lecture: 4 min

Les salles sont pleines au Festival d’Avignon. Du côté de l’organisation, on affirme même qu’il y a eu une vraie ruée sur les places dès leur mise en vente. Et c’est vrai qu’à la Cour d’Honneur, au Cloître des Célestins ou à la Chartreuse de Villeneuve d’Ascq, le public se presse en rangs serrés sous un soleil écrasant.

Pourtant, à la billetterie, tout est calme. Pas de longue file. « Pas encore, nous explique un des responsables. Nous sommes au tout début et la plupart des gens qui sont déjà là ont réservé leurs places longtemps à l’avance. Au fil de la semaine, le public va commencer à augmenter et les files à s’allonger. Et à partir du long week-end du 14 juillet, ce sera la folie comme chaque année. »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs