Sommet climat de l’ONU: l’Union européenne veut «convaincre par l’exemple»

Sommet climat de l’ONU: l’Union européenne veut «convaincre par l’exemple»
EPA

L’Union européenne, qui n’a pas réussi à s’entendre sur un relèvement de ses objectifs, espère toutefois convaincre ses partenaires internationaux d’intensifier la lutte contre le changement climatique à l’occasion du sommet de l’ONU, selon la Commission européenne.

« Ce que l’on peut faire c’est convaincre par l’exemple, développer pas seulement la rhétorique politique ou environnementale mais aussi (la rhétorique) économique. Etre vert, cela paie, devenir propre rapporte des dividendes, choisir des technologies propres crée de nouveaux emplois », a souligné le vice-président de la Commission européenne à l’Energie Maros Sefcovic au cours d’une conférence de presse à Bruxelles.

« Nous avons les bons chiffres de l’économie européenne pour appuyer cela », a-t-il ajouté.

« Il n’y a pas d’arme magique, de balle en argent dans les négociations sur le climat », lui a fait écho le commissaire à l’Action pour le Climat Miguel Arias Canete, interrogé avec son collègue sur la méthode la plus efficace pour convaincre les grands pollueurs, la Chine mais aussi les Etats-Unis ou le Brésil dont les dirigeants affichent leur scepticisme face au changement climatique.

« Dans les négociations internationales sur le climat (…) il faut essayer d’unir les gens, pas entrer en confrontation bilatérale », a expliqué celui qui a négocié l’accord de Paris sur le climat au nom de l’Union européenne.

Le sommet de l’ONU sur le climat du 23 septembre vise à encourager les différentes parties à relever leurs ambitions de réduction des émissions de gaz à effet de serre inscrites dans l’accord de Paris.

Les Etats membres de l’Union européenne n’ont pas réussi à s’entendre au préalable sur une telle démarche et restent pour l’instant sur l’engagement de réduire de 40 % les émissions d’ici à 2030 (par rapport à 1990), même si la Commission prévoit qu’avec les nouvelles législations récemment adoptées cet objectif soit dépassé.

Par ailleurs, les négociations se poursuivent pour s’accorder sur l’objectif d’une « neutralité climatique » d’ici à 2050, à savoir une situation où les émissions de CO2 sont réduites au minimum et le reste est compensé par différentes techniques d’absorption (forêts, captures de carbone, etc).

Quatre pays restent encore à convaincre après l’échec des discussions avant l’été et le Conseil européen espère obtenir un consensus « dans les prochains mois », afin que l’Union européenne puisse présenter à l’ONU sa stratégie à long terme « début 2020 ».

« Il y a un nouvel élément » depuis le sommet européen de juin, s’est félicité Miguel Arias Canete : le Fonds pour une transition juste, une idée née au Parlement européen et qui a fait son chemin dans le programme de la future présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. 20200123arno-6

    L’AB, la santé boutique d’Arno

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite