Sommet climat de l’ONU: l’Union européenne veut «convaincre par l’exemple»

Sommet climat de l’ONU: l’Union européenne veut «convaincre par l’exemple»
EPA

L’Union européenne, qui n’a pas réussi à s’entendre sur un relèvement de ses objectifs, espère toutefois convaincre ses partenaires internationaux d’intensifier la lutte contre le changement climatique à l’occasion du sommet de l’ONU, selon la Commission européenne.

« Ce que l’on peut faire c’est convaincre par l’exemple, développer pas seulement la rhétorique politique ou environnementale mais aussi (la rhétorique) économique. Etre vert, cela paie, devenir propre rapporte des dividendes, choisir des technologies propres crée de nouveaux emplois », a souligné le vice-président de la Commission européenne à l’Energie Maros Sefcovic au cours d’une conférence de presse à Bruxelles.

« Nous avons les bons chiffres de l’économie européenne pour appuyer cela », a-t-il ajouté.

« Il n’y a pas d’arme magique, de balle en argent dans les négociations sur le climat », lui a fait écho le commissaire à l’Action pour le Climat Miguel Arias Canete, interrogé avec son collègue sur la méthode la plus efficace pour convaincre les grands pollueurs, la Chine mais aussi les Etats-Unis ou le Brésil dont les dirigeants affichent leur scepticisme face au changement climatique.

« Dans les négociations internationales sur le climat (…) il faut essayer d’unir les gens, pas entrer en confrontation bilatérale », a expliqué celui qui a négocié l’accord de Paris sur le climat au nom de l’Union européenne.

Le sommet de l’ONU sur le climat du 23 septembre vise à encourager les différentes parties à relever leurs ambitions de réduction des émissions de gaz à effet de serre inscrites dans l’accord de Paris.

Les Etats membres de l’Union européenne n’ont pas réussi à s’entendre au préalable sur une telle démarche et restent pour l’instant sur l’engagement de réduire de 40 % les émissions d’ici à 2030 (par rapport à 1990), même si la Commission prévoit qu’avec les nouvelles législations récemment adoptées cet objectif soit dépassé.

Par ailleurs, les négociations se poursuivent pour s’accorder sur l’objectif d’une « neutralité climatique » d’ici à 2050, à savoir une situation où les émissions de CO2 sont réduites au minimum et le reste est compensé par différentes techniques d’absorption (forêts, captures de carbone, etc).

Quatre pays restent encore à convaincre après l’échec des discussions avant l’été et le Conseil européen espère obtenir un consensus « dans les prochains mois », afin que l’Union européenne puisse présenter à l’ONU sa stratégie à long terme « début 2020 ».

« Il y a un nouvel élément » depuis le sommet européen de juin, s’est félicité Miguel Arias Canete : le Fonds pour une transition juste, une idée née au Parlement européen et qui a fait son chemin dans le programme de la future présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pierre-Yves Dermagne

    Ventes de Voo et de Win: Enodia et Nethys ont cinq jours ouvrables pour répondre au ministre

  2. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  3. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite