Philippe Gilbert, encore vainqueur d’étape au Tour d’Espagne: «Une étape historique, je n’ai jamais vu ça»

©AFP
©AFP

Philippe Gilbert a brillé encore sur le Tour d’Espagne. Le Liégeois de la formation Deceuninck-Quick Step est sorti en homme très costaud dans le final d’une 17e étape complètement folle à Guadalajara longue de plus de 220 kilomètres surclassant l’Irlandais Sam Bennett (Bora-Hansgrohe) parti trop tôt à l’assaut de l’arrivée.

Avec sept puis six coureurs dans le groupe de tête initié par Movistar pour Nairo Quintana, grand bénéficiaire aussi de la journée. Si le Colombien revient 2e au général, Philippe Gilbert gagne lui sa deuxième étape dans cette édition de la Vuelta, sa 7e victoire au Tour d’Espagne et sa 11e dans un grand Tour.

« C’est une étape qui va rentrer dans l’histoire. En 17 ans de carrière, j’ai rarement vu ça. On est parti au kilomètre zéro avec une quarantaine de mecs. On était sept sur les huit de Deceuninck-Quick Step à être présents devant. On a roulé à fond tout le temps », a raconté Philippe Gilbert au micro d’Eurosport.

« Après dans les 50 kilomètres, je me suis mis un peu dans les roues pour récupérer un peu parce qu’on avait donné beaucoup avant pour creuser l’écart. Je me suis concentré sur l’étape. On a fait un grand travail d’équipe avec tous un plateau de 54 dents, même un avec 55. On prenait des relais à presque 80 km/heure, je n’ai jamais vu ça dans une étape pareille et finir un travail pareil comme ça, c’est énorme. Maintenant Stybar (Zdenek, le Tchèque, son coéquipier) a essayé. C’est un copain et j’aurais bien voulu qu’il gagne. Mais c’est le jeu d’équipe. On en avait parlé dans le final, je lui avais dit que je me sentais bien dans les jambes pour battre Bennett si ça arrivait comme ça. Lui a essayé d’anticiper, mais malheureusement Ineos a roulé très fort derrière lui. J’ai contrôlé, mais c’est revenu sur lui. À 5-600m, ’Sty’ avait encore toutes les cartes en main, mais Sam Bennett a vraiment mis un gros coup d’accélérateur, puis je suis rentré sur lui à 300 et je l’ai contré à 200 », s’est réjoui Philippe Gilbert, 37 ans, qui décroche la 77e victoire de sa carrière.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • PHOTONEWS_10848293-055

    Par Eric Clovio

    Route

    Mathieu van der Poel reprend sa route vers l’or en Algarve

  • photo news

    Par Eric Clovio

    Route

    La maturité tardive de Xandro Meurisse

  • photo news

    Par Eric Clovio

    Route

    Thomas Degand: «Vivre de sa passion, c’est un luxe que je mesure chaque jour»

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20200212-3YVA7Z 2020-02-12 17:32:02

    L’Europe a un plan pour gagner la 2e manche du numérique

  2. @Isopix

    Ligue des champions: Haaland met le PSG au pied du mur

  3. «
Un client a une rentabilité de 0,11
% sur son épargne, 5,9
% de rendement pour nos actionnaires, cela me paraît déjà pas mal
!», estime Marc Lauwers, CEO.

    Marc Lauwers: «Argenta continuera à offrir des services non rentables»

La chronique
  • Ecoles: que faire du cours de morale?

    C’est un enjeu dérisoire au regard de la marche du monde, mais il est révélateur des ambiguïtés de la politique belge, et plus précisément francophone.

    En vertu de l’article 24 de la Constitution, qui prolonge sur ce point le Pacte scolaire, les écoles publiques doivent offrir le choix entre l’enseignement d’une des religions reconnues et celui de la morale non confessionnelle. La création d’un cours de philosophie et citoyenneté n’a pas modifié cet état de fait : elle a seulement réduit l’horaire consacré à ces cours à une heure par semaine au lieu de deux.

    Le cours de morale non confessionnelle reste donc organisé. Or il se trouve que, au 1er septembre 2021, ses enseignants devraient détenir un « certificat en didactique du cours de morale non confessionnelle » pour exercer leur fonction. Ce certificat doit donc être mis en place, mais cela suppose de répondre au préalable à une question difficile : à quoi sert encore le cours de morale, aujourd’hui ?

    Lorsque l’on a commencé à...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: des acteurs qui tournent en rond dans une pièce sans portes ni fenêtres

    Le catch 22 est une situation paradoxale à laquelle un individu ne peut échapper en raison de règles ou de limitations contradictoires. Le terme a été inventé par Joseph Heller qui l’a utilisé dans son roman « 1961 Catch 22 », se référant à une règle de l’Air Force selon laquelle un pilote qui continue à mener des combats aériens sans demander d’être relevé est considéré comme fou, mais est jugé assez sain d’esprit pour continuer à voler dès lors qu’il fait cette requête. On pourrait aussi parler de solution kafkaïenne où...

    Lire la suite