Philippe Gilbert, encore vainqueur d’étape au Tour d’Espagne: «Une étape historique, je n’ai jamais vu ça»

©AFP
©AFP

Philippe Gilbert a brillé encore sur le Tour d’Espagne. Le Liégeois de la formation Deceuninck-Quick Step est sorti en homme très costaud dans le final d’une 17e étape complètement folle à Guadalajara longue de plus de 220 kilomètres surclassant l’Irlandais Sam Bennett (Bora-Hansgrohe) parti trop tôt à l’assaut de l’arrivée.

Avec sept puis six coureurs dans le groupe de tête initié par Movistar pour Nairo Quintana, grand bénéficiaire aussi de la journée. Si le Colombien revient 2e au général, Philippe Gilbert gagne lui sa deuxième étape dans cette édition de la Vuelta, sa 7e victoire au Tour d’Espagne et sa 11e dans un grand Tour.

« C’est une étape qui va rentrer dans l’histoire. En 17 ans de carrière, j’ai rarement vu ça. On est parti au kilomètre zéro avec une quarantaine de mecs. On était sept sur les huit de Deceuninck-Quick Step à être présents devant. On a roulé à fond tout le temps », a raconté Philippe Gilbert au micro d’Eurosport.

« Après dans les 50 kilomètres, je me suis mis un peu dans les roues pour récupérer un peu parce qu’on avait donné beaucoup avant pour creuser l’écart. Je me suis concentré sur l’étape. On a fait un grand travail d’équipe avec tous un plateau de 54 dents, même un avec 55. On prenait des relais à presque 80 km/heure, je n’ai jamais vu ça dans une étape pareille et finir un travail pareil comme ça, c’est énorme. Maintenant Stybar (Zdenek, le Tchèque, son coéquipier) a essayé. C’est un copain et j’aurais bien voulu qu’il gagne. Mais c’est le jeu d’équipe. On en avait parlé dans le final, je lui avais dit que je me sentais bien dans les jambes pour battre Bennett si ça arrivait comme ça. Lui a essayé d’anticiper, mais malheureusement Ineos a roulé très fort derrière lui. J’ai contrôlé, mais c’est revenu sur lui. À 5-600m, ’Sty’ avait encore toutes les cartes en main, mais Sam Bennett a vraiment mis un gros coup d’accélérateur, puis je suis rentré sur lui à 300 et je l’ai contré à 200 », s’est réjoui Philippe Gilbert, 37 ans, qui décroche la 77e victoire de sa carrière.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pierre-Yves Dermagne

    Ventes de Voo et de Win: Enodia et Nethys ont cinq jours ouvrables pour répondre au ministre

  2. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  3. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite