Les Etats-Unis rendent hommage aux victimes du 11-Septembre, 18 ans après le drame (photos et vidéos)

Les New-Yorkais rendaient hommage mercredi aux victimes des attentats du 11-Septembre, pour un 18e anniversaire marqué par la volonté de s’assurer que les jeunes n’oublieront jamais l’attentat le plus sanglant de l’histoire.

Sous le soleil - comme il y a 18 ans - des élus et ex-élus de New York et une foule de proches des victimes se sont rassemblés sur le site des tours jumelles du World Trade Center. Le lieu est devenu un mémorial en hommage aux près de 3.000 personnes tuées et 6.000 blessées dans les attaques, menées par un commando djihadiste, qui devaient transformer les Etats-Unis et le monde entier.

La foule, réunie sur l’esplanade devant le musée dédié aux attentats à la pointe de Manhattan, a marqué une minute de silence aux heures exactes - 08h46 et 09h03, en pleine heure de pointe - auxquelles les avions détournés sont venus successivement frapper les tours jumelles: elles se sont vite transformées en brasier avant de s’effondrer, ne laissant aucune chance à de nombreuses personnes employées dans ces gratte-ciel de plus de 100 étages.

Etats-Unis: une 1.643e victime des attentats du 11 septembre formellement identifiée

Au premier rang des responsables de cette cérémonie, où la politique est généralement soigneusement évitée, figuraient le gouverneur de New York Andrew Cuomo, le maire actuel de la capitale financière américaine et ses prédécesseurs: le démocrate Bill de Blasio; Rudy Giuliani, maire au moment des attentats, ce qui lui valut un temps le surnom de «maire de l’Amérique"; et Michael Bloomberg, qui présida au chantier de reconstruction de ce quartier de Manhattan, complètement transformé par l’évènement.

Minute de silence

Comme chaque année, la foule a écouté des proches des victimes égrener les noms des personnes tuées le jour des attentats et dire quelques mots en leur honneur, un rituel qui devait durer environ quatre heures.

«Nous vous aimons, vous nous manquez et vous serez toujours les héros de l’Amérique», a notamment déclaré une femme qui a perdu un frère et un cousin dans les attentats.

Dans le reste de cette ville de plus de huit millions d’habitants, la plupart des gens travaillaient comme d’habitude, avec néanmoins des moments de silence observés en mémoire des victimes.

A la veille de ce 18e anniversaire, le gouverneur Cuomo a signé une loi obligeant les écoles publiques à marquer les évènements par une minute de silence.

Au-delà des près de 3.000 personnes tuées et plus de 6.000 blessées dans l’effondrement du World Trade Center, New York compte désormais plusieurs dizaines de milliers de personnes - surtout des ex-pompiers, urgentistes et secouristes - atteintes de cancers et d’autres maladies graves, notamment du poumon, liées au nuage toxique qui a plané des semaines durant sur le sud de Manhattan après les attentats.

Trump promet d’intensifier les combats contre les talibans

Le président américain Donald Trump a promis mercredi, jour du 18e anniversaire des attentats du 11-Septembre, d’intensifier les combats contre les talibans en Afghanistan, quelques jours après l’annulation d’une rencontre avec ces derniers en vue de conclure un accord de paix.

«Au cours des quatre derniers jours, nous avons frappé notre ennemi plus fortement que nous ne l’avions jamais fait, et cela va continuer», a lancé Trump lors d’une cérémonie au Pentagone, où s’est écrasé l’un des quatre avions détournés par les pirates de l’air d’Al-Qaïda.

Outre l’avion qui a frappé le Pentagone, deux autres ont visé le World Trade Center et un quatrième, le vol 93, s’est écrasé dans un champ de Shanksville, en Pennsylvanie.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite