Bruxelles: le projet d’aménagement vert de la Toison d’or et du boulevard de Waterloo présenté ce mercredi (photos)

Des commerçants et acteurs économiques du boulevard de Waterloo et de l’avenue de la Toison d’Or dans la capitale ont déposé la semaine dernière une demande de permis d’urbanisme pour un projet d’aménagement dessiné par l’architecte Pierre Lallemand. Ce dernier a été présenté mercredi dans ses bureaux situés à Ixelles.

La démarche est atypique. Les partisans au projet espèrent par cette demande de permis amener les pouvoirs publics à s’inscrire dans un dialogue afin de trouver un consensus pour l’aménagement de ces artères, qui selon eux périclite. La faute autant aux aménagements qu’au défaut d’identité du lieu, selon les commerçants.

«Si on veut créer un lieu qui est une force, une visibilité, il est indispensable que celui-ci soit ’un’ «, estime Pierre Lallemand. «Pour qu’il soit ’un’, il faut créer un lien entre les deux rives. Or aujourd’hui, ces deux axes commerciaux fonctionnent un peu comme des magasins de digues de mer, mais avec pour tout horizon des voitures garées.»

Le projet prévoit de ne laisser qu’une centaine d’emplacements pour voitures en surface sur les quelque 360 existants afin de voir émerger un jardin d’hiver de 4.000 m2 implanté sur 3 étages dans des bulles faites de verre et de bois. Cet oasis urbain serait prédisposé à accueillir des activités culturelles diverses. Il formerait aussi un lien remarquable entre les deux côtés du boulevard, dont les trottoirs seraient élargis dans des dimensions identiques. Les piétons suivraient un parcours sinusoïdal entre des magnolias et des cerisiers. Dans chaque sens, les circulations dites de transit se feraient sur deux voies limitées à 30 km/h pour les voitures et sur une voie à sens unique pour les vélos.

S’il fait la part belle aux habitants, aux piétons et aux cyclistes, l’autre projet soutenu par Pascal Smet, le ministre en charge de la Mobilité au sein du gouvernement bruxellois sortant, manque d’attractivité selon les commerçants. Le jardin d’hiver permettrait d’attirer plus de touristes dans les magasins, pensent ces derniers.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite