L’Ihecs se lance dans les cours de langue

«
On a reçu une délégation d’enseignants durant l’été. Comme on avait déjà une structure juridique qui fonctionne pour la formation continue, on a saisi l’opportunité
», explique Jean-François Raskin, administrateur délégué de l’IHECS.
« On a reçu une délégation d’enseignants durant l’été. Comme on avait déjà une structure juridique qui fonctionne pour la formation continue, on a saisi l’opportunité », explique Jean-François Raskin, administrateur délégué de l’IHECS. - Bruno Dalimonte

En juin dernier, le Centre de langues Marie Haps annonçait au travers d’un communiqué laconique « qu’aucune inscription ne sera acceptée pour l’année académique 2019-2020 ». Après 50 ans d’activité, l’institution décidait en effet de mettre un terme à ses activités à cause d’une mauvaise situation financière, laissant sur la touche 64 professeurs et environ 1.700 élèves.

Pour le corps enseignant, qui s’était en partie regroupé en ASBL avec l’intention de poursuivre ses activités, l’été se termine cependant sur une note plus positive. En effet, l’IHECS, haute école de communications sociales du centre-ville, vient d’annoncer qu’à la suite d’une rencontre avec les représentants de l’association, elle allait intégrer des cours de langue en horaire de soirée dans le cadre de son programme de formation continue, IHECS Academy.

Dès la rentrée, il sera donc possible d’y poursuivre l’apprentissage des langues (allemand, anglais, arabe, chinois, coréen, français, grec, italien, japonais, néerlandais, persan, polonais, portugais et turc). Tous les cours seront dispensés par des formateurs natifs.

Une bonne nouvelle, donc, pour le corps enseignant de Marie Haps qui avait subi un sérieux coup dur peu avant l’été. « On a reçu une délégation d’enseignants durant l’été. Comme on avait déjà une structure juridique qui fonctionne pour la formation continue, on a saisi l’opportunité », explique Jean-François Raskin, administrateur délégué de l’IHECS. « Nous n’avons pas repris les 64 professeurs, qui ne souhaitaient d’ailleurs pas tous s’inscrire dans le projet, mais une grande partie. »

Complémentarité

Un créneau inédit pour la haute école, qui estimait jusqu’ici qu’elle n’avait pas besoin de développer un programme en langue, jugeant l’offre suffisante en région bruxelloise. Mais « en analysant les offres de formations, nous nous sommes rapidement rendu compte de la complémentarité de nos activités d’apprentissage. La maîtrise d’une langue n’est-elle pas la première étape vers une communication efficace ? » Toujours selon Jean-François Raskin, les inscriptions qui se sont ouvertes en début de semaine rencontrent déjà un certain succès.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10722386-053

    La taxe de congestion divise la majorité bruxelloise

  2. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  3. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite