Tour d’Espagne: «On a perdu une bataille aujourd’hui, mais pas la guerre», estime le leader Primoz Roglic

©Photonews
©Photonews

Le Slovène Primoz Roglic (Jumbo-Visma) a conservé son maillot rouge mercredi au terme de la 17e étape du Tour d’Espagne, mais il a vu le Colombien Nairo Quintana lui reprendre 5 minutes et 20 secondes.

« C’était une journée difficile. J’ai fait une erreur. Je n’aurais pas dû être là où j’étais, j’aurais dû être à l’avant », a déclaré Roglic, qui s’est retrouvé distancé dans un second peloton. « L’équipe m’a sauvé avec un énorme effort. C’est allé à fond dès le départ et c’était comme ça pour le reste de la journée. Notre équipe a dû faire un gros effort dès le départ. À la fin, on ne pouvait pas en faire plus donc d’autres équipes ont dû travailler. On est toujours dans une bonne position. C’était une journée difficile pour tout le monde. On a perdu une bataille aujourd’hui, mais pas la guerre. Je n’ai jamais eu l’impression que la Vuelta était perdue. D’autres coureurs avaient besoin de finir aussi vite que possible donc est allé à fond jusqu’au bout. On verra à Madrid mais les choses ont toujours l’air bien pour nous. La Vuelta est vraiment imprévisible et on peut encore attendre une grande bataille dans les jours à venir », conclut le Slovène, qui compte 2 : 24 d’avance sur Quintana au général.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. NETHYS

    Nethys, le grand déballage: Stéphane Moreau va quitter la holding

  2. Objectif
: soulager les Bruxellois de la congestion automobile.

    L’idée d’une taxe kilométrique divise... et s’enlise

  3. Au vu des résultats de notre sondage, l’optimisme sans faille des informateurs Didier Reynders et Johan Vande Lanotte est difficile à expliquer... © Photo News.

    Grand Baromètre: les Belges disent non à une coalition PS-N-VA et non à de nouvelles élections

La chronique
  • Quo vadis, Boris Johnson?

    Bien malin qui pourrait comprendre ou même deviner la moindre ligne directrice dans la manière dont Boris Johnson mène sa « négociation » avec l’Union européenne… Il y a une dizaine de jours, une brève lueur d’espoir avait pu naître chez ceux qui continuaient à espérer que le nouveau Premier ministre britannique s’avérerait plus rationnel qu’il n’y paraissait jusque-là. D’une part, son idée de faire de l’île d’Irlande un territoire régi par les mêmes règles pour le secteur agro-alimentaire avait pu être comprise comme un premier...

    Lire la suite