Saillies antibelges au Parlement espagnol

Le leader de la droite conservatrice Pablo Casado.
Le leader de la droite conservatrice Pablo Casado.

Les oreilles de Charles Michel et de Didier Reynders ont sifflé mercredi matin, lors de la rentrée parlementaire à Madrid (contexte : le Premier ministre espagnol Sanchez est toujours non investi, et de nouvelles élections semblent inéluctables). Déchaîné, le leader de la droite conservatrice Pablo Casado a napalmisé le Premier ministre socialiste pour avoir soutenu l’élection en juillet de Charles Michel à la présidence du Conseil européen. Explication : Charles Michel avait été en 2016 le seul chef de gouvernement européen à avoir émis une critique sur la répression de la police espagnole contre les participants au référendum d’indépendance catalan…

Rivalisant à droite avec Casado, Albert Rivera, le leader du parti « centriste » Ciudadanos, a quant à lui brandi la menace que ses eurodéputés ne voteront pas l’investiture du commissaire désigné à la Justice Didier Reynders (pourtant coreligionnaire libéral de Ciudadanos), s’il ne s’engage pas à réformer le mandat d’arrêt européen. Ce fameux MAE que Madrid avait lancé contre Carles Puigdemont, président catalan indépendantiste destitué et exilé à Bruxelles, mais que la justice belge avait refusé d’exécuter. Lors d’une réunion du groupe parlementaire libéral Renew ce mercredi à Bruxelles, le chef de la délégation espagnole Luis Garricano a toutefois rassuré ses collègues : Monsieur Reynders est quelqu’un de très bien, et ses coreligionnaires espagnols ne lui feront pas de problème. Conclusion : une tempête dans l’amphore pré-électorale espagnole !

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190426-3TL3EV 2019-04-26 15:06:39

    Win, une filiale de Nethys vendue depuis mai à François Fornieri

  2. Rajae Maouane veut porter le combat politique sur les réseaux sociaux.

    Le tandem Nollet-Maouane élu à la tête d’Ecolo: «On sent que les gens ont envie de passer à l’action»

  3. Elio Di Rupo reste président de parti, le temps d’organiser l’élection présidentielle. Paul Magnette pourra alors prendre le relais.

    PS: Di Rupo et Magnette, passage de témoin sous l’arc-en-ciel

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite