Brexit: la justice écossaise inflige un nouveau revers à Boris Johnson

Brexit: la justice écossaise inflige un nouveau revers à Boris Johnson

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a essuyé un nouveau revers mercredi, après que la justice écossaise a déclaré «illégale» la suspension controversée du Parlement jusqu’au 14 octobre, soit deux semaines seulement avant la date du Brexit.

Le gouvernement, «déçu», a aussitôt annoncé faire appel auprès de la Cour suprême à Londres, et l’audience doit se dérouler mardi.

En attendant, le Parlement reste suspendu. La décision de justice «ne change rien» pour l’heure, a souligné une source gouvernementale.

Le Labour, le principal parti d’opposition, tout comme la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon, ont réclamé que le Parlement, suspendu depuis mardi, soit rappelé «immédiatement».

Saisie par 78 parlementaires, la Cour d’appel d’Edimbourg a estimé que la décision de Boris Johnson avait «pour but d’entraver le Parlement» et a déclaré la prorogation «illégale» et «nulle et sans effet». C’est la première victoire judiciaire des opposants à cette suspension du Parlement, qualifiée de manoeuvre pour imposer un Brexit sans accord.

En première instance, la justice écossaise avait rejeté cette action intentée pour bloquer cette suspension, estimant qu’il était non pas à la justice mais au «Parlement ou, en fin de compte, à l’électorat» de trancher.

«Décision politique»

C’est d’ailleurs ce même argument qu’a utilisé mercredi la Haute Cour de justice de Londres pour expliquer son refus la semaine dernière d’annuler la suspension du Parlement à la suite de l’action en justice d’une militante anti-Brexit.

La prorogation du Parlement est une décision «intrinsèquement politique» qui «ne relève pas des tribunaux» car «il n’y a pas de critères légaux pour juger de sa légitimité», a-t-elle estimé. Une audience en appel devant la Cour suprême est prévue mardi, le même jour que l’examen de la décision des juges d’appel écossais.

Ces derniers ont considéré à l’inverse qu’ils pouvaient déclarer cette suspension «illégale» car son objectif était de soustraire l’action du gouvernement au contrôle des députés, selon un résumé de la décision diffusé par la Cour d’appel d’Edimbourg.

Le Parlement britannique avait été suspendu tôt mardi pour cinq semaines dans un climat politique tendu.

«Si les membres de l’opposition au Parlement ne sont pas d’accord avec notre approche, alors il leur est toujours possible d’accepter l’offre que je leur ai faite — deux fois ! — d’avoir une élection», a argué mercredi Boris Johnson lors d’une séance de questions-réponses avec des internautes sur Facebook.

Lors de cet exercice de communication, qui a en quelque sorte remplacé mercredi la traditionnelle séance hebdomadaire des questions au Premier ministre à la Chambre des communes, M. Johnson a rejeté l’accusation selon laquelle il serait «le leader d’un régime autoritaire».

«Ce que nous essayons de faire, c’est d’appliquer le résultat du référendum de 2016», qui avait donné la victoire au camp du Brexit, et «il n’y a rien de plus démocratique» qu’une élection, a-t-il insisté.

Le gouvernement a par ailleurs refusé mercredi un pacte électoral de «non-agression» offert par le Parti du Brexit de l’europhobe Nigel Farage.

Les députés ont mis deux fois en échec ces derniers jours la proposition du dirigeant conservateur d’appeler les électeurs aux urnes le 15 octobre pour obtenir une nouvelle majorité.

«Opération Yellowhammer»

Le Premier ministre espère ainsi avoir les coudées franches avant de négocier avec l’Union européenne, avec laquelle il assure pouvoir conclure un accord sur le Brexit.

«L’atmosphère est en train de changer. Les blocs de glace se fissurent, il y a du mouvement sous la coque de ces discussions», a-t-il assuré en évoquant de «grands progrès».

Son conseiller pour l’UE, David Frost, se trouvait mercredi à Bruxelles pour des discussions avec l’équipe du négociateur européen Michel Barnier.

Comme il y était contraint par un vote du Parlement, le gouvernement a publié mercredi soir un dossier sensible qui présente, selon Downing Street, «le pire scénario» en termes de répercussions économiques et sociales d’un Brexit sans accord.

«Des protestations et contre-protestations auront lieu à travers le Royaume-Uni et pourraient absorber un nombre important de ressources policières. Il y a aussi un risque de troubles publics et de tensions communautaires», est-il écrit dans ce document.

En août, le Sunday Times avait obtenu une copie du dossier gouvernemental -- qui a le nom de code «Opération Yellowhammer» --, assurant qu’il mentionnait les répercussions «les plus probables» d’un «no deal» et non pas «le pire scénario» comme le soutient le gouvernement.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite