Accueil Monde

Le «non» grec donne des ailes aux partisans du «Brexit»

« Le non » grec donne des ailes aux partisans de la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne (Brexit) en sapant l’autorité du Premier ministre, David Cameron.

Article réservé aux abonnés

Invalid Scald ID.

Temps de lecture: 3 min

Une réunion d’urgence, qui s’est tenue lundi matin, au 10 Downing Dtreet regroupant le Premier ministre, le chancelier de l’Echiquier, George Osborne, ainsi que le gouverneur de la Banque d’Angleterre, Mark Carney, a paré au plus pressé. Le gouvernement s’inquiète en effet de la sécurité des centaines de milliers de vacanciers britanniques qui se rendent cet été en Grèce et des paiements des retraites aux 6.000 retraités d’outre Manche installés dans le pays. Mais au-delà de cet ordre du jour, Downing Street redoute que le rejet des mesures d’austérité donne des munitions aux partisans du « Brexit » en perspective du référendum qui devrait se tenir l’an prochain.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs