Royaume-Uni: un document officiel prévoit des pénuries dans de nombreux secteurs en cas de Brexit sans accord

Royaume-Uni: un document officiel prévoit des pénuries dans de nombreux secteurs en cas de Brexit sans accord

L’état de préparation du public et du secteur marchand en cas de Brexit sans accord reste «faible» en Grande-Bretagne, où la menace d’encombrement des ports pourrait provoquer des pénuries de médicaments et de nourriture, selon des documents officiels rendus publics mercredi.

>Brexit: la justice écossaise inflige un nouveau revers à Boris Johnson

Les députés britanniques avaient voté la semaine dernière pour forcer leur gouvernement à publier les détails de l’«Opération Yellowhammer», mise au point dans l’éventualité d’un Brexit sans accord, ce qu’il a fait mercredi.

Dans la perspective d’un tel scénario, les autorités britanniques prévoient des perturbations à court terme dans 12 domaines-clés, dont l’approvisionnement en eau et nourriture, la santé, les transports et les frontières, ainsi que la possibilité de «désordres publics».

Le projet britannique de suppression des contrôles à la frontière irlandaise «s’avérerait probablement non viable en raison d’importants risques sur les plans économique, juridique et de biosécurité», selon ce document, qui évoque la possibilité de l’émergence d’un marché noir dans les communautés frontalières.

Selon les documents concernant l’Opération Yellowhammer, datés du 2 août, jusqu’à 85% des poids-lourds britanniques pourraient ne pas être en mesure de franchir les contrôles douaniers français, en cas de Brexit sans accord, entraînant une baisse de «40 à 60% du niveau actuel» de circulation.

Ces perturbations pourraient durer trois mois et «avoir un impact sur l’approvisionnement en médicaments et matériel médical», ainsi qu’en produits frais.

«L’état de préparation du public et du secteur marchand (...) restera faible (...) en raison de l’absence d’une vision claire sur la forme de la sortie de l’Union européenne», selon les documents.

Pression sur Boris Johnson

Gibraltar pourrait être particulièrement affecté en raison de la mise en place de contrôles douaniers à sa frontière avec l’Espagne.

Des accrochages pourraient également éclater dans les zones de pêche entre pêcheurs britanniques et étrangers, indique le rapport, qui met aussi en garde contre «une possible augmentation des désordres publics et des tensions communautaires».

Le gouvernement a souligné qu’il était en train de «mettre à jour» le document.

«Il décrit ce qui pourrait se passer dans le pire des cas», a insisté le ministre en charge du Brexit, Michael Gove.

Mais ces mises en garde accroissent la pression sur le Premier ministre Boris Johnson, qui a promis de mener à bien le Brexit d’ici le 31 octobre, avec ou sans accord avec l’Union européenne.

Il a essuyé mercredi un nouveau revers, lorsque la justice écossaise a déclaré «illégale» la suspension controversée du Parlement jusqu’au 14 octobre, soit deux semaines seulement avant la date prévue pour le Brexit.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite