Un jubilé avec Manchester City émouvant pour Vincent Kompany, qui se clôture sur un partage (photos et vidéos)

©Photonews
©Photonews

Vincent Kompany n’a pas pu participer à son jubilé avec Manchester City mercredi soir à l’Etihad Stadium de Manchester en raison d’une légère blessure aux ischio-jambiers. Cela n’a pas empêché le Diable Rouge d’être le phare d’une soirée destinée à lui rendre hommage mais aussi à récolter des fonds pour ’tackle4mcr’, une initiative lancée par Kompany avec le bourgmestre de Manchester Andy Burnham pour aider les sans abris de la ville anglaise.

Accueilli sur la pelouse par une haie d’honneur, félicité par trois autres légendes du club et ovationné par le public dans un stade rempli à craquer, « Vince The Prince » a pris la parole avant le début de la rencontre pour remercier les personnes présentes, joueurs comme spectateurs.

« Merci à tous ! Bien sûr, je suis blessé pour mon propre jubilé. Qu’est ce que vous pensiez ? Ce n’est pas grave, je serai là pour le jubilé de David Silva  », a-t-il plaisanté. « Je suis quand même content même si je ne joue pas. Ce soir, j’ai l’opportunité de revivre certains souvenirs. C’est un jour très émouvant pour moi », a-t-il ajouté devant les 51.000 spectateurs présents.

Kompany a ensuite laissé la place au jeu avec le duel entre les ’Manchester City Legends’ et les ’Premier League All-Stars’. Un duel qui s’est soldé par un partage 2-2. Robbie Keane et Robin Van Persie ont marqué pour les Premier League All-Stars tandis que Martin Petrov et Benjani Mwaruwaria ont inscrit les goals des Citizens.

Sergio Agüero, Craig Bellamy, Samir Nasri, David Silva, Nigel De jong, Shay Given, Pablo Zabaleta et Joe Hart ont notamment joué en faveur des Mancuniens, guidés par Pep Guardiola. En face, Edwin Van Der Sar, Gary Neville, Jamie Carragher, Ashley Cole, Ryan Giggs, Paul Scholes, Robbie Keane ou encore Robbie Van Persie ont évolué sous les ordres du sélectionneur national Roberto Martinez. Les équipiers de Kompany à Anderlecht Elias Cobbaut, Kenny Saief, Hotman El Kababri et Michel Vlap (en plus de Nasri) ont également participé à la rencontre tout comme le frère de Vincent, François Kompany. Blessé, Thierry Henry est en revanche resté en bord de terrain.

Dans l’après-midi, Vincent Kompany avait été mis à l’honneur à l’Académie de City où une allée du centre d’entraînement porte désormais son nom et est ornée d’un portrait en mosaïque inspiré de la célébration de son but lors du derby mancunien de 2012.

Le président de Manchester City Khaldoon Al Mubarak a également révélé que le club avait commandé une sculpture pour rendre hommage publiquement au joueur et célébrer sa contribution à l’histoire de Manchester City. Une fois terminée, la sculpture occupera une place de choix à l’extérieur du stade Etihad.

Actif à Manchester City de 2008 à 2019, Kompany a disputé 360 matches avec les Skyblues en remportant 4 titres de champion, deux FA Cup, quatre League Cup et deux Community Shield.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190426-3TL3EV 2019-04-26 15:06:39

    Win, une filiale de Nethys vendue depuis mai à François Fornieri

  2. Rajae Maouane veut porter le combat politique sur les réseaux sociaux.

    Le tandem Nollet-Maouane élu à la tête d’Ecolo: «On sent que les gens ont envie de passer à l’action»

  3. Elio Di Rupo reste président de parti, le temps d’organiser l’élection présidentielle. Paul Magnette pourra alors prendre le relais.

    PS: Di Rupo et Magnette, passage de témoin sous l’arc-en-ciel

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite