Accueil Opinions Éditos

«L’Europe qui protège» mérite les bons mots pour le dire

La future présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a confié la protection du mode de vie européen et la supervision de la politique migratoire de l’Union à la même personne, Margaritis Schinas.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

« Je proposerai un nouveau pacte sur la migration et l’asile (…). Je sais combien les discussions sur ce sujet sont complexes et clivantes. Nous devons apaiser les préoccupations légitimes d’un grand nombre de personnes et étudier les moyens de surmonter nos différences. Nous devons envisager cette problématique de manière globale. » Voilà donc ce qu’écrivait Ursula von der Leyen dans son « Programme pour l’Europe ».

Une mégapolémique

Apaiser ? Pour le coup, c’est spectaculairement raté avec une mégapolémique en guise de baptême sur le plus mauvais des sujets. En désignant Margaritis Schinas comme vice-président en charge de la « Protection de notre mode de vie européen » et de la supervision de la politique migratoire de l’Union, la nouvelle présidente a mis le feu à la problématique migratoire par son biais le plus controversé, le plus sensible et le plus clivant : l’identité.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Delpierre Bernard, jeudi 12 septembre 2019, 17:11

    Il faudrait sortir du mensonge instillé sur le prétendu dénuement de soi-disant persécutés lesquels ne représentent que 2 à 3% des arrivants (leur mine réjouie à l'idée que quelques mois d'aide sociale suffiront à rembourser le coût financier du passeur en dit long sur l'étude du marché qu'ils ont entreprise avant de se déterminer dans leur choix). Mais chez les bobos ramollis la peur d'une régression de leur mode de vie tambourinée dans les médias en raison de notre démographie déclinante l'emporte de loin sur le danger de laisser entrer des populations d'autant peu soucieuses de respecter nos valeurs qu'on n'a même pas la présence d'esprit de leur en imposer le respect au préalable via une charte contraignante. Et pourtant, les bobos, comme nous tous d'ailleurs y perdront quand même sur le plan matériel car ces arrivants n'apporteront rien en terme d'activité (on est déjà en sureffectif de chômeurs peu qualifiés) tout en émargeant à diverses caisses publiques (aide matérielle, aide au logement,aide à la connaissance linguistique et soutien médical) avant d'éventuellement ( ...pour certains ) décrocher un diplôme utile à la société...Seuls les vrais persécutés pour raisons religieuses et /ou politiques comme ce fût le cas des "boat people" dans les années 70 au siècle dernier ou aujourd'hui des minorités yézidis , assyriennes, coptes,etc .. devraient mériter notre attention sauf qu'ils n'intéressent qu'à la marge les aveugles dépositaires de la pensée unique et politiquement correcte .

  • Posté par Raurif Michel, jeudi 12 septembre 2019, 14:32

    Sœur Theresa Delvaux, oui je suis très fier d’avoir l’identité Européenne, oui sœur l’immigration, personne n ’en veux, nulle part dans le monde, personne ne veut de l’immigration ! Car qui dit immigration dit insécurité, vols et tant les désagréments qui vont avec ! Maintenant, ceci dit, vous pouvez en prendre quelqu’un chez vous mais, j’en doute très sérieusement, car comme tout Européen vous tenez à votre petit confort et surtout votre salaire et, ça je le comprends ! Alors, svp, sœur allez prêcher dans le désert, vous serez entendue.

  • Posté par CREPIN Hugues, jeudi 12 septembre 2019, 14:05

    Madame Delvaux, peut-être aussi qu'à force dee politicali correct, l'habitude d'appeler les choses par leur nom se soit perdues. si des gens viennent se réfugier ici, c'est pour bénéficier de, "l'identité" européenne et pas importe les problèmes de la leur pour les rajouter à ceux que nous avons déjà?

  • Posté par Anciaux - De Faveaux , jeudi 12 septembre 2019, 10:47

    Le plus drôle dans tout ça est que le "mode de vie européen" a déjà envahi la quasi totalité de la planète...Toutes les populations se ruent sur la surconsommation, la laideur, les gaspillages insensés, cautionne la pollution, l'air irrespirable, les eaux empoisonnées, le bruit, les déforestations, l'abrutissement par la publicité et le productivisme, etc., etc. Est-ce cela que l'on veut préserver? Quelque chose m'échappe...

  • Posté par Gabriel Jacqueline, jeudi 12 septembre 2019, 16:25

    à moi aussi! on veut préserver la nature: on vend des pesticides; on veut supprimer les migrations: on vend des armes; on veut protéger l'emploi: mais nos dirigeants migrent à l'Europe! Drôle d'avenir pour nos enfants que l'on critique quand ils protestent!!!!

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs