Knokke-Heist veut infliger des amendes aux touristes qui nuisent à son image

Knokke-Heist veut infliger des amendes aux touristes qui nuisent à son image
Roger Milutin

La commune balnéaire de Knokke-Heist en a marre des touristes qui se comportent grossièrement à ses yeux durant l’été. Elle prépare un plan qui prévoit d’infliger des amendes aux personnes qui déambulent en maillot sur la digue ou prennent un repas assis à même le sol.

Sous l’impulsion de son bourgmestre Leopold Lippens, Knokke-Heist prépare un plan pour préserver son image. « Cet été, on se serait cru par moments dans un cirque », déplore l’échevin du Tourisme, Anthony Wittesaele. Sur les réseaux sociaux, des vidéos montrent notamment des touristes en train de se laver dans la célèbre fontaine rose de la Lichttorenplein.

La commune voudrait infliger des amendes de minimum 250 euros à tous ceux qui ne suivent pas son code de bonne conduite. « Bien sûr, nous communiquerons largement à l’avance. Ainsi, nous voulons garantir la qualité du rayonnement de Knokke-Heist. Car sinon notre carte de visite, et donc notre ’business plan’, se dégradera », justifie l’échevin.

Plus de musique sur la place

Le plan prévoit aussi l’interdiction pour les bars du littoral de diffuser de la musique sur la plage à partir de 2020. Ces dernières années, ces bars avaient déjà dû limiter les sons à 75 dB au lieu de 85. « Si tout le monde respectait cette règle, nous ne devrions pas intervenir. Mais si les exploitants ne veulent pas nous écouter, nous n’avons pas le choix », estime le bourgmestre Leopold Lippens. « La plage n’est pas un club de nuit. Nous voulons rétablir le calme pour tous les habitants. »

De plus, les bars ne seront plus autorisés à vendre des collations sur la plage. Seules les collations froides distribuées gratuitement avec une boisson seront admises.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite