Erreur d’hymne national avant France-Albanie: le speaker du Stade de France «s’en veut horriblement»

Erreur d’hymne national avant France-Albanie: le speaker du Stade de France «s’en veut horriblement»
Photo News

Mauvaise soirée pour le speaker officiel du Stade de France : après une erreur lors de la lecture des hymnes nationaux (l’hymne d’Andorre a été joué à la place de l’albanais), Max, le speaker, s’est excusé auprès des supporters… arméniens et non albanais. Une double bourde qui a fait le tour du web et sur laquelle l’animateur de Nostalgie est revenu.

« Même si j’ai eu le soutien de tout le monde autour de moi, je m’en veux horriblement. Ça fait trente-cinq ans que je fais ce métier, entre la radio et la télé », explique-t-il dans une interview accordée au journal L’Equipe.

Le speaker est bien conscient de son erreur : « J’ai fait ma grosse bourde. La FFF s’est expliquée sur le problème de l’hymne. Moi, j’ai eu à gérer l’après, des moments au bord du terrain compliqués, avec des milliards d’infos qui arrivent et 80 000 personnes qui attendent. Je ne m’entends pas le dire. C’est après qu’on me le signale. Mon cerveau a buggé. C’était une situation tellement particulière. »

Avant de conclure, « quand tu es speaker dans un stade, c’est toi qui parles, tu es le dernier de la chaîne, et dans ce genre de situation, tu mets en difficulté toute la hiérarchie, tout le truc. Pas question de rester recroquevillé. Il n’y a pas de souci. Il n’y en a plus ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Rajae Maouane veut porter le combat politique sur les réseaux sociaux.

    Le tandem Nollet-Maouane élu à la tête d’Ecolo: «On sent que les gens ont envie de passer à l’action»

  2. Elio Di Rupo reste président de parti, le temps d’organiser l’élection présidentielle. Paul Magnette pourra alors prendre le relais.

    PS: Di Rupo et Magnette, passage de témoin sous l’arc-en-ciel

  3. Dominique Leroy quittera son poste de CEO de Proximus, le 20 septembre prochain.

    Proximus: pourquoi Dominique Leroy s’efface plus vite que prévu

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite