Le groupe Lhoist va supprimer 117 emplois en Wallonie

Le groupe Lhoist va supprimer 117 emplois en Wallonie

La société belge spécialisée dans la production et la vente de chaux et dolomie, Lhoist, a annoncé jeudi la suppression de 117 emplois répartis sur trois sites en Wallonie, rapporte le journal L’Echo.

64 personnes devraient perdre leur emploi à Hermalle-sous-Huy (province de Liège), 39 à Marche-les-Dames (province de Namur) et 14 à Jemelle (province de Namur).

Un conseil d’entreprise extraordinaire est en cours, confirme le groupe, qui ne souhaite pas ajouter d’autres commentaires à ce stade.

Lhoist justifierait ce plan de restructuration par la forte baisse des ventes de ses produits ces 10 dernières années (-35%).

En parallèle à cette réduction du personnel, Lhoist compte investir 90 millions d’euros lors des cinq prochaines années pour se recentrer sur les activités profitables, selon L’Echo.

Le groupe Lhoist est l’un des leaders mondiaux de la production de chaux et de minéraux. Basé en Belgique, il est présent dans 25 pays et emploie 6.400 personnes à travers le monde, dont 740 en Belgique.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. NETHYS

    Nethys, le grand déballage: Stéphane Moreau va quitter la holding

  2. Objectif
: soulager les Bruxellois de la congestion automobile.

    L’idée d’une taxe kilométrique divise... et s’enlise

  3. Au vu des résultats de notre sondage, l’optimisme sans faille des informateurs Didier Reynders et Johan Vande Lanotte est difficile à expliquer... © Photo News.

    Grand Baromètre: les Belges disent non à une coalition PS-N-VA et non à de nouvelles élections

La chronique
  • Quo vadis, Boris Johnson?

    Bien malin qui pourrait comprendre ou même deviner la moindre ligne directrice dans la manière dont Boris Johnson mène sa « négociation » avec l’Union européenne… Il y a une dizaine de jours, une brève lueur d’espoir avait pu naître chez ceux qui continuaient à espérer que le nouveau Premier ministre britannique s’avérerait plus rationnel qu’il n’y paraissait jusque-là. D’une part, son idée de faire de l’île d’Irlande un territoire régi par les mêmes règles pour le secteur agro-alimentaire avait pu être comprise comme un premier...

    Lire la suite