Le chanteur américain Daniel Johnston s’est éteint à 58 ans

Le chanteur américain Daniel Johnston s’est éteint à 58 ans

Objet de culte dans le milieu rock alternatif, l’auteur-compositeur et dessinateur américain Daniel Johnston, est mort mercredi à 58 ans, a indiqué à l’AFP son frère et manager Dick Johnston.

Il a bâti en près de 40 ans un univers poétique unique, habité par les utopies enfantines, la difficulté de communiquer et l’amour perdu.

L’énigmatique auteur-compositeur-interprète et artiste plasticien avait fait des allers-retours à l’hôpital ces derniers mois pour des problèmes liés à ses reins, a déclaré Dick Johnston, mais sa mort était selon lui «inattendue». «Pas plus tard qu’hier, son moral était bon (...) il avait l’air et se sentait vraiment bien», a-t-il précisé.

Les Beatles, le super héros de BD Captain America, Casper le fantôme ou encore King Kong figuraient parmi les héros récurrents de ses compositions souvent artisanales, entre pop et country, alliant avec brio puissance mélodique et dramatique.

Marqué à la fois par une éducation très puritaine et la «pop culture», Daniel Johnston s’est battu pendant des années contre un syndrome maniaco-dépressif, portant un regard à la fois aigu et naïf sur le monde à travers de petites histoires souvent tragiques, mais exemptes de cynisme, qui évoquaient un journal intime.

Sens unique de la mélodie

Né en 1961 à Sacramento (Californie), passionné dès le plus jeune âge par le dessin, mais aussi le piano, puis la guitare, il enregistre dès l’adolescence ses propres compositions sur des cassettes qu’il échange avec d’autres amis musiciens.

Après le lycée, il consacre une bonne partie de son temps à dessiner, développant un style très proche de la bande dessinée, et à composer.

De «Never relaxed», à «Phantom of my own opera» en passant par «Like a monkey in a zoo», le caractère artisanal des cassettes intitulées «Songs of Pain», réalisées en 1980 (et tout récemment rééditées en CD), met en exergue un sens unique de la mélodie et de l’écriture.

En 1983, le musicien suit pendant plusieurs mois un carnaval itinérant, avant de s’installer à Austin (Texas), où ses cassettes «Hi, How are you?» et «Yip/Jump Music» (dont les chansons «Speeding Motorcycle» et «Casper, the friendly ghost») en font une célébrité locale.

En 1985, son étrange voix fluette et son toucher de piano inimitable, avec changements impromptus de tempo, sont propulsés sur le devant de la scène alternative à la suite d’un reportage de la chaîne MTV.

Les groupes Sonic Youth, Yo La Tengo, The Pastels ou encore Kurt Cobain figureront parmi ses nombreux admirateurs. Une vingtaine d’entre eux (Teenage Fan Club, Beck, Mercury Rev, Calvin Johnson...) lui rendent d’ailleurs hommage dans un double album de reprises en 2004.

Après plusieurs séjours en hôpital psychiatrique à la fin des années 80, Daniel Johnston est accueilli par le label indépendant Shimmy Disc, qui lui ouvre les portes de la scène internationale. Daniel Johnston enregistre avec Jad Fair, chanteur et guitariste de Half-Japanese («It’s Spooky»), puis deux albums studios, «1990» et «Artistic Vice» (1992). Sa cote auprès de la critique lui permet de signer en 1994 avec la «major» Atlantic, qui publie le bouleversant «Fun».

Après une longue période à nouveau perturbée par ses problèmes de santé, Johnston revient en 2001 avec l’album «Rejected Unknown», puis en 2003, avec «Fear Yourself».

Il y a deux ans, l’artiste a fait une tournée, qui aura été sa dernière.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190426-3TL3EV 2019-04-26 15:06:39

    Win, une filiale de Nethys vendue depuis mai à François Fornieri

  2. Rajae Maouane veut porter le combat politique sur les réseaux sociaux.

    Le tandem Nollet-Maouane élu à la tête d’Ecolo: «On sent que les gens ont envie de passer à l’action»

  3. Elio Di Rupo reste président de parti, le temps d’organiser l’élection présidentielle. Paul Magnette pourra alors prendre le relais.

    PS: Di Rupo et Magnette, passage de témoin sous l’arc-en-ciel

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite