Sacoor, Milanov et Smets également invités aux Mondiaux de Doha

Sacoor, Milanov et Smets également invités aux Mondiaux de Doha
Photo News

Jonathan Sacoor, Philip Milanov et Fanny Smets ont été invités à leur tour par la fédération internationale d’athlétisme (IAAF) à prendre part aux championnats du monde d’athlétisme du 27 septembre au 7 octobre à Doha au Qatar. Ces trois athlètes sont ainsi repêchés par la Ligue royale belge d’athlétisme (LRBA), a-t-elle annoncé jeudi à l’Agence BELGA. Mardi, c’est Soufiane Bouchikhi, Ismael Debjani et Hanne Maudens qui avaient reçu aussi ce sésame.

La LRBA avait fait savoir qu’elle allait valider d’office les invitations de la fédération internationale (IAAF) pour ces championnats du monde, même si les athlètes n’avaient pas réussi les critères belges.

Jonathan Sacoor (400m), Philip Milanov (disque) et Fanny Smets (perche) avaient manqué de peu le minima qualificatif pour le Qatar. Ils ont reçu à présent la confirmation qu’ils pouvaient préparer leurs valises.

Une liste qui s’étoffe

D’autres athlètes belges pourraient bénéficier aussi de ce repêchage, comme Michael Obasuyi (110m haies), Kevin Borlée (400m), Renée Eykens (800m), Thomas De Bock, Nina Lauwaert ou Hanna Vandenbussche (marathon).

Les noms des heureux élus tombent au compte-gouttes. Ils sont ainsi quinze athlètes individuels à composer pour l’heure la délégation belge. Nafissatou Thiam (heptathlon), Anne Zagré (100m haies), Hanne Claes (400m haies), Paulien Couckuyt (400m haies), Claire Orcel (hauteur), Isaac Kimeli (5000m), Robin Hendrix (5000m), Thomas Van der Plaetsen (décathlon) et Ben Broeders (perche) avaient déjà validé leur ticket.

Ismael Debjani (1.500m), Soufiane Bouchikhi (10.000m), Hanne Maudens (heptathlon), Jonathan Sacoor (400m), Philip Milanov (disque) et Fanny Smets (perche) sont invités.

Du côté des relais, trois équipes peuvent aller à Doha chez les messieurs (Belgian Tornados), chez les dames (Belgian Cheetahs) ainsi que le relais mixte.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20200212-3YVA7Z 2020-02-12 17:32:02

    L’Europe a un plan pour gagner la 2e manche du numérique

  2. @Isopix

    Ligue des champions: Haaland met le PSG au pied du mur

  3. «
Un client a une rentabilité de 0,11
% sur son épargne, 5,9
% de rendement pour nos actionnaires, cela me paraît déjà pas mal
!», estime Marc Lauwers, CEO.

    Marc Lauwers: «Argenta continuera à offrir des services non rentables»

La chronique
  • Ecoles: que faire du cours de morale?

    C’est un enjeu dérisoire au regard de la marche du monde, mais il est révélateur des ambiguïtés de la politique belge, et plus précisément francophone.

    En vertu de l’article 24 de la Constitution, qui prolonge sur ce point le Pacte scolaire, les écoles publiques doivent offrir le choix entre l’enseignement d’une des religions reconnues et celui de la morale non confessionnelle. La création d’un cours de philosophie et citoyenneté n’a pas modifié cet état de fait : elle a seulement réduit l’horaire consacré à ces cours à une heure par semaine au lieu de deux.

    Le cours de morale non confessionnelle reste donc organisé. Or il se trouve que, au 1er septembre 2021, ses enseignants devraient détenir un « certificat en didactique du cours de morale non confessionnelle » pour exercer leur fonction. Ce certificat doit donc être mis en place, mais cela suppose de répondre au préalable à une question difficile : à quoi sert encore le cours de morale, aujourd’hui ?

    Lorsque l’on a commencé à...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: des acteurs qui tournent en rond dans une pièce sans portes ni fenêtres

    Le catch 22 est une situation paradoxale à laquelle un individu ne peut échapper en raison de règles ou de limitations contradictoires. Le terme a été inventé par Joseph Heller qui l’a utilisé dans son roman « 1961 Catch 22 », se référant à une règle de l’Air Force selon laquelle un pilote qui continue à mener des combats aériens sans demander d’être relevé est considéré comme fou, mais est jugé assez sain d’esprit pour continuer à voler dès lors qu’il fait cette requête. On pourrait aussi parler de solution kafkaïenne où...

    Lire la suite