Hospitalisé à Paris, Michael Schumacher serait «conscient» (vidéo)

Hospitalisé à Paris, Michael Schumacher serait «conscient» (vidéo)

Arrivé à Paris lundi pour suivre un traitement « top secret » à l’hôpital Georges Pompidou, Michael Schumacher est au coeur des discussions des infirmiers et médecins de l’établissement, selon Le Parisien. « Mais oui, il est dans mon service. Et je peux t’assurer qu’il est conscient », a glissé une infirmière à un collègue, d’après le quotidien français. Des informations qui restent floues quant à l’état de santé réel du septuple champion de Formule 1, qui a reçu la visite de Jean Todt.

Au sein de la communauté scientifique, on s’interroge sur le traitement médical. « La première chose que je me suis dit en entendant la nouvelle est : qu’est-ce qu’ils peuvent bien lui faire ? », a confié un chercheur à nos confrères. « Aucun traitement par cellules-souches n’est aujourd’hui efficace pour régénérer le système nerveux. Si quelque chose aboutissait, ce serait une première. »

Un accident de ski

Le 29 décembre 2013, Michael Schumacher s’était fracassé le crâne sur un rocher lors d’une banale descente de ski. À son arrivée à l’hôpital universitaire de Grenoble, il souffrait d’un « traumatisme crânien grave qui a nécessité immédiatement une intervention neurochirurgicale » selon le communiqué médical de l’établissement à l’époque. Son pronostic vital est alors engagé. Il a été plongé quatre semaines durant dans le coma artificiel subissant deux opérations. Il résiderait chez lui à Gland sur les bords du lac Léman dans une demeure transformée en centre de soins de haute technologie.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190426-3TL3EV 2019-04-26 15:06:39

    Win, une filiale de Nethys vendue depuis mai à François Fornieri

  2. Rajae Maouane veut porter le combat politique sur les réseaux sociaux.

    Le tandem Nollet-Maouane élu à la tête d’Ecolo: «On sent que les gens ont envie de passer à l’action»

  3. Elio Di Rupo reste président de parti, le temps d’organiser l’élection présidentielle. Paul Magnette pourra alors prendre le relais.

    PS: Di Rupo et Magnette, passage de témoin sous l’arc-en-ciel

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite